Thailande – Koh Phangan

Publié le

OK ! Bon je prends le temps de me poser pour miamer au frais, au Robinson Food Court (Phuket).

On est bien dans le sud là, il fait une chaleur, mec, t’as pas idée.
Pour te dire, ici la fraîcheur, ce sont les 23 degrés de la clim… Il est loin l’hiver sarthois ^^

Alors, on s’est quitté au moment même où je rejoignait Isa, sur Koh Phangan…
… Qui m’attendait donc à la sortie du ferry.

J’suis à l’affût, en train de jeter des coups d’oeil un peu partout quand j’aperçois ma pote sur ma gauche, qui me tend la main !
On s’est donc checké, littéralement ^^

Pas besoin d’en faire des caisses, on zappe les formalités d’usage.
On monte directement en voiture, sans se poser de questions.

Il est un peu plus de 13h, on a soif, on a faim et, avec la chaleur, on a plus soif que faim lol

Isa nous emmène donc au FreeWay, un petit bar à la cool calé directement sur la plage.
C’est marée haute là, autant te dire que la plage est inexistante ; on est donc posé en terrasse, les pieds dans l’eau… Normal !

Une petite bière et un Schweppes agrumes pour arroser nos retrouvailles et on discute à la cool, en rattrapant un peu le temps et en causant bien être, massage et méditation etc.

Comme le dit Isa, à propos des massages, « si tu veux de la douleur, je te mets un doigt dans l’oeil, si tu veux du plaisir, je te mets un doigt dans le cul »…
Médite là-dessus un moment et on en recause lol

Ensuite, on passe chez Isa, histoire de poser mon sac et de se poser un peu pour voir comment on organise mon séjour sur l’île.

Isa habite une maison en bois, j’ai envie de dire sur pilotis, mais les piliers sont en béton… Un truc de ouf, posé au milieu d’un spot hyper sympa, calme etc. Une petite route qui passe devant les 4-5 baraques du même type qui nous entourent et sinon, c’est vert ! Des palmiers en veux-tu en voilà, des buissons, des arbres et de la verdure, c’est la jungle !

J’adore !

Et alors, la casa de Isa est super cool.
Une chambre, une salle de bain, une cuisine, qui ouvre sur un petit séjour et une terrasse en bois… immense !

On est juste au top.
Une petite table, 2 chaises et une banquette thai en bois (on dirait un lit de massage, c’est ouf !). T’as même une petite avancée sous la fenêtre pour poser ton tapis de yoga et saluer le soleil ^^

Mortel !
On se pose peinard, ça discute avec du son dans les oreilles. Le paradis, mec !

Ensuite, on est passé voir le resort d’Isa et…
Ah oui, merde, j’avais prévu de faire une piqûre de rappel, au cas ou tu aurais oublié qui est Isa ^^

Installe toi dans la Delorean, boucle la ceinture, c’est parti !
On retourne en mai 2015, Nouvelle-Zélande.
J’ai terminé dans un backpack sympa où on était quelques français à partager un dortoir.

J’ai donc fait la connaissance de Aurélia De Cillia, Florian Huchet, Jonathan Dominguez et Isabelle Berman.

Voyons comment j’avais introduit la nana à l’époque (en tout bien tout honneur, calme-toi)…

Oué, alors Isa est une française, la cinquantaine, qui s’est installée sur Koh Phangan il y a bientôt 8 ans.

Elle gère un resort ici, et s’investit énormément dans le doss.

Isa, c’est aussi quelqu’un de posé, profondément généreuse et très ouverte.
Adepte du bien être, qu’il soit physique ou mental, elle est branchée yoga, méditation et autres techniques de relaxation (massage etc.)

On s’est rencontré en Nouvelle-Zélande, comme je te l’ai déjà dit et très vite, on a sympathisé avec Isa.

Je me souviens (Isa m’a fait ma piqûre se rappel lol), d’une soirée à Auckland, où Aurelia et elle s’était retrouvé dans une sorte de secte hindou chelou lol
On s’était bien marré ^^

Et Isa n’a pas changé d’un iota.
Toujours la pêche, une belle énergie, de la passion etc.

Ça fait vraiment plaisir, cette impression de reprendre une situation là où on s’était arrêté – même si c’était y’a 4 ans lol

Et alors, c’est toujours intéressant et constructif (instructif même !).
Tu n’es pas sans savoir que ça se bouscule un peu dans ma tête ces derniers temps.
Je me pose beaucoup de questions, sans vraiment chercher de réponse, mais j’ai surtout besoin de conseil.

Et pour le coup, en tant qu’expatriée, Isa a une vision bien particulière de ma situation.
Je profite donc de chaque moment pour engager la conversation.

Le resort d’Isa, c’est une claque de plus.
Posé au milieu des cocotiers, le spot est magnifique : des villas, une piscine et surtout du silence. Un calme et une sérénité se dégage de l’endroit, on est loin du boucan de Koh Phangan.

Koh Phangan, c’est quand même très très touristique.
Je dirai que la communauté se divise en 3 types de personnes : les locaux, les fans de yoga et les springbreakers.

Alors c’est sûr que c’est pas forcément le genre de spot qui me plaît, mais bon, c’est l’occasion de voir une pote et de profiter des plages.

On était bien posé chez Isa (voir post précédent) quand, entre 2 conversations, on s’est dit qu’on pourrait aller miamer.

On est donc parti en direction d’un petit temple, pas très loin, pour bouffer pépère au marché du festival.
Des lumières, du son et du monde.
La fiesta, mais rien de bordélique.

On s’est posé pour savourer des noodles arrosées de coca, en continuant de discuter.
Ce qui est vraiment marrant, cest qu’Isa est quelqu’un qui s’exprime.
Ouvertement, je veux dire.

Du coup, quand elle te raconte une anecdote, elle revit la situation et j’ai envie de dire que c’est tout un sketch.

Alors elle peut hurler etc. devant le regard des thais autour de nous qui doivent se demander pourquoi elle me gueule dessus et pourquoi ça me fait rigoler ^^

Et puis alors la verve d’Isa se situe entre Mia Frye et Cordula. Des phrases en français, ponctuées de mot en anglais voir se franglish (avec du « magnifiiiiiiiike ! », chérie ^^).

Mais c’est vraiment excellent.
Avec Isa, pas de tabou, tu peux parler de tout, sans complexe, sans honte.
Non seulement la nana t’écoute, mais elle partage aussi plein de choses, des galères, des souvenirs etc.
T’en reçois autant que tu en donnes, ce qui est extrêmement plaisant.

Au retour à la maison, on s’est encore posé pour parler méditation et sommeil.
De quoi nous faire bailler tous les 2.

J’avais fait mon lit sur la banquette – nuit à la belle étoile, sur la terrasse.
Mais la banquette est surélevée pour mettre la tête, ça m’a légèrement explosé la nuque, du coup, 30 minutes après m’être couché je me suis déplacé dans le salon pour être complètement à plat.

Et alors j’ai dormi comme un bébé.
Je sais pas si ce sont les exercices de respiration d’Isa ou les effluves de beuh qui ont eu raison de moi mais osef, jai bien dormi !

Petit déjeuner sur la terrasse, le lendemain.
On se réveille doucement.

Isa a du business à gérer au resort, on passe donc à Coconut Villas pour la matinée.

J’en profite pour faire une balade le long de la beach road, histoire de me dégourdir les jambes et aussi de me renseigner sur mon bateau de retour.

Vers 11:30, je check Isa au resort.
On embarque sur son scooter et on va miamer chez JJ, petit resto situé sur la côte, la terrasse directement sur la plage.

Quand on arrive, 2 bombasses russes sortent du resto. Isa, dans la plus grande des décontraction, me lance : « T’as vu, y’a quand même du lourd ici ! » – XPTDR !!!

Alors, tu me connais, j’ai les yeux qui se promènent, hein ?! Mais j’en suis quand même pas à mater les nanas comme ça – et surtout à commenter le dossier à haute voix lol

Mais Isa à raison sur 2 choses : les nanas ne causent pas français et quand tu mets autant de soin à te montrer, c’est sûrement pour être regarder… Amie féministe, calme-toi – j’ose espérer qu’on se connaît suffisamment pour savoir à quoi s’en tenir ;)

On échancré notre soif à base de thé glacé un peu spécial, un truc rouge au goût de Smecta lol (la tête d’Isa quand j’ai dit ça… Priceless) et je me suis pété le bide avec un émincé de porc, impeccablement assaisonné, relevé au coriandre etc.
Un régal !

On a passé l’après-midi à faire le tour des plages.
Ce qui est cool, c’est qu’Isa connaît tous les bons spots. On perd pas 2 heures à chercher un truc, on va à l’essentiel direct !

Mais alors tout est blindé !
On est en pleine saison, hein, faut pas s’attendre à être pépère…
Côté plage, tu croises pas un yogi – le terrain est inondé de springbreakers.
Short de bain, torse nu (ou très poilu ^^) et casquette.
Tout le monde se ressemble ici, c’est juste une affiche promotionnelle de NRJ12.

Par contre, y’a un nombre de belles nanas au mètres carrés, on avoisine le Brésil mec !
Et alors, je ne sais pas si c’est la Thaïlande qui veut ça mais les nanas, ici, n’en n’ont plus rien à foutre.

On en a croisé une qui portait un maillot de bain échancré de ouf… à l’avant !
Oui oui, à l’avant. Je sais pas si elle l’a mis à l’envers, parce que bon, échancré à l’arrière, c’est devenu classique, mais là on était pas loin du monokini Borat quoi !

A se demander si c’est un maillot de bain ou un sextoy, sérieux ! ^^

Et puis la pauvre – aussi bien roulée fut elle – elle avait les marques de bronzage des 2 premiers maillots… Pas classe !

Et je te dis ça avec un minimum de formes, hein, Isa en me désignant la nana, n’a pas eu de pitié.

Pareil quand on en a croisé une qui tentait une position de yoga sur la plage.
Elle ne s’en est pas rendue compte, mais on avait l’impression qu’elle twerkait comme dans un clubs de strip low cost…

Isa n’en revenait pas, lol, elle a fait le tour de la nana en la scotchant – avec la loi Schiappa, tu prends 90€ pour un regard appuyé de ce type, en France ^^

Le soir, on était un peu fanés, on s’est décidé à bouffer street food.
On est donc allé sur un marché de nuit, pour toper de quoi miamer à la maison.

J’ai fait équilibré : crêpe banane-Nutella, brochettes de porc et de poulet, pomme de terre grillée et pancakes coco !

Bon j’avoue que la crêpe Nutella n’a pas tenue très longtemps. J’ai enfilé le doss avant même d’arriver à la maison – mais bon, tu connais mon addiction pour l’huile de palme ^^

Nuit merdique, notamment à cause d’un moustique qui m’a empêché de dormir.
Persistant l’insecte, parce que mon spray est vraiment puissant…

Réveil un peu bizarre, à entendre Isa péter un câble dans la chambre à côté.
Je comprends qu’elle est au téléphone et que visiblement, ça ne se passe pas top…
Je regarde le phone, il est 8h édé.

Mais sérieux, qui t’appelle à 8h du mat pour te casser les couilles ?!

Je me lève pépère, Isa sort de la piaule, bien remontée et m’explique le doss.
Je rentre pas dans les détails, mais une nana avec qui elle taffe lui en fait voir se toutes les couleurs etc.

Il a quand même fallu un petit moment pour qu’Isa redescende mais bon, en adepte du self control, elle a vite relativisé.

On a cependant dû passer au resort pour régler le dossier et laisse tomber, entre ses « associés » et ses locataires, Isa doit en voir des vertes et des pas mûres – et, aussi végétarienne qu’elle soit, elle s’en passerai bien, j’imagine…

Y’a le couple de français qui est venu avec le petit et les grands parents.
Mamie qui boîte, papy en fauteuil roulant et le petit qui chie de la mousse verte depuis la veille… Isa leur recommande d’aller à l’hôpital etc. Les gens prennent ça a la légère de ouf !

C’est ptet pas si grave mais sérieux, on est à l’étranger et t’as le petit qui sort du Palmolive par le trou de balle (tu pousses et ça mousse, littéralement ^^).
Faut quoi pour que tu t’en occupes ?!!!

Et puis y’a Beverly, la nana qui a tellement kiffé l’un des massages d’Isa, qu’elle en redemande.
Le souci c’est que bon, la nana est gentille, mais elle est fat. Mais bien fat…
Et là masser demande une sacrée dose d’énergie à Isa – qui doit peser 45 kilos maximum lol

Donc Isa, épuisée, lui avoue qu’elle n’a pas l’énergie suffisante pour la masser de suite.
La nana lui répond qu’elle a de l’énergie et qu’elle va lui en donner, afin qu’elle puisse se charger de son massage…
Mais WTF sérieux ?!!! Tu peux pas juste aller te faire tripoter l’oignon ailleurs ?!
On est en Thaïlande, des salons de massage, il n’y a que ça !!!

Et puis alors Isa me fait trop rire, parce qu’en me debriefant le doss, elle me dit que la nana pue ^^
C’est sûr qu’avec cette chaleur, le moindre petit pli de peau et c’est le tsunami.

Et puis alors on est tombé sur l’associée – dont je tairai le nom.
Mais bon, que te dire… La parfaite cagole.
Accent du sud, maquée à un ch’ti, j’imagine le niveau scolaire du petit… Tu l’entends causer, t’es dans Les Anges de la Télé réalité…

Je mets pas 5 minutes à comprendre que la nana est à côté de la plaque. Et surtout pas au bon endroit pour gérer un business…
Ma pauvre, t’es dans la merde…

Enfin après, on a tracé sur la côte est.
Isa voulait me montrer des spots différents, en empruntant la route qui passe par la jungle.

Petit arrêt miam, parce qu’avec tout ça, Isa n’a pas pu petit déjeuner. Une petite boulangerie tenue par une française fait l’affaire. On embarque un croissant et un pain au chocolat (« avec du vrai beurre français dedans », comme le précise la proprio).

Pour le coup, oui, le doss suinte un maximum. J’en ai plein les doigts, si t’as besoin d’un massage, c’est parfait – mais t’as la peau qui colle un brin lol

Nous voilà donc parti à l’assaut des plages de l’est.
Le trajet vaut le détour, vraiment !
Les routes sinueuses offrent quelques vues imprenables sur la côte.
Il faut dire qu’on prend de la hauteur et que le décor est magique.
C’est vert et sauvage, on est en zone locale, loin des spots touristiques, la route est chouette et alors, côté météo, on prend cher : soleil de plomb, pas un nuage à l’horizon.

On passe devant les plus gros arbres de Koh Phangan. On dirait 2 immenses baobabs qui encadrent la route, c’est très sympa.

Après quelques plages – envahies par les russes, on a l’idée de s’arrêter voir la chute d’eau du coin.

Très sympa. On se sépare quelques instants, le temps pour moi de descendre la chute sur les rochers et pour Isa de m’attendre plus bas.

J’ai pas fait gaffe, je suis sorti plus haut que prévu.
Du coup, quand j’ai débarqué sur la route, je ne savais pas si Isa m’attendait plus haut ou plus bas…

J’ai tenté de descendre et au bout d’un quart d’heure, ne voyant personne, jai décidé de remonter.
Et alors, je suis remonté jusqu’au point de départ, lol, gros fail !

Alors, autant te dire que j’étais sec de dingue là. La montée sous le cagnard – même si tu sais que j’aime ce genre de conneries – c’était quand même hard.
Du coup, bah je me suis arrêté à la petite bicoque tenue par un vieil aveugle, pour prendre un coca.

Je suis donc redescendu à la cool, en sirotant mon soda.
Malgré le bordel, je suis zen. Je suis pépère, au milieu de l’île, à improviser un trek.
La seule chose qui me tracasse, c’est que je sais qu’Isa doit se faire du souci…

Mais bon, quelques minutes plus tard, je la vois sortir d’un virage devant moi.
Ouf !

Pour le coup, il semblerait qu’on se soit louper de très peu. Genre quand je suis descendu et que j’ai décidé de remonter, Isa n’était qu’à quelques mètres plus bas lol

Après ça, on a continué notre exploration des plages – on en a profité pour fêter nos retrouvailles devant un thé glacé, les pieds dans le sable :)

Vers 16h, sur le chemin du retour, on a fait un détour pour aller voir Robert (le Jules d’Isa) qui faisait du kite surf.

On a maté les gens kiter tranquille et on s’est posé pour prendre une petite bière au bar de la plage, histoire de discuter un brin également.

Pour le coup, je dois t’avouer que je n’étais pas des plus attentifs cette fois.
Une bombasse chillait pas très loin et j’avais beaucoup de mal à rester concentré… ^^

M’enfin, on a fini par passer chez Isa, j’ai pris ma petite douche et Robert nous a rejoint pour aller au resto.

On a miamé pépère et les 2 tourtereaux mer déposé au port pour que je tope mon bateau.

Adieux sobres et promesse de revoyure – si c’est au Mans, ce sera à Tokyo ^^

Histoire d’économiser du temps et de l’argent, j’ai opté pour le night boat, qui part de Koh Phangan et qui rejoint Surat Thani en 6 heures.

Le night boat, c’est rudimentaire.
T’as des tatamis de chaque côté du pont inférieur, avec un oreiller en brique.
Alors c’est pas un ferry, tu sens la houle, ça tangue pas mal par moment, le craquement du bois en guise de berceuse, mais c’est cool !

Perso, ça m’a pas dérangé une seconde.
J’ai même réussi à dormir un peu, pour te dire. Après, c’est sûr que c’est pas fait pour tout le monde, hein ;)

Quand tu arrives à Surat Thani, il est 4h30.
Autant te dire que dehors, tu te sens un peu seul… Et ça fait du bien ! La Thaïlande est quand même objectivement bruyante.
Réussir à avoir un peu de calme, ça tient toujours un peu de l’exploit ^^

J’avoue que là, c’est presque glauque.
Mais bon, j’ai vu pire et je n’ai que quelques minutes de marche pour me rendre au terminal de bus.
Su le chemin, je tope un 7Eleven ouvert, j’en profite pour me faire couler un cappuccino et je décolle !

Me voilà donc en petite balade dans une ville endormie, à siroter mon cappuccino comme un new-yorkais à Central Park ^^

Au terminal, quasiment fermé à cette heure, personne. Seul un couple de touriste attend son bus pour Krabi.

Mon bus pour Phuket est à 5h30, nickel, j’y serai pour midi !
Le temps de monter à bord et de prendre en note les derniers jours et me voilà en route pour l’extrême sud du pays.

On a pas mal bougé ces derniers jours.
Et cette petit nuit en bateau ne m’a pas pleinement reposé, Phuket sera donc l’occasion de me reposer un peu.

Affaire à suivre…