Mexique – Cancùn, Playa del Carmen et Tulum

Publié le

(Three hours ago…)

Quasiment 16h quand je décide de m’arrêter pour miamer…

Je reviens de la plage de Tulum, grosse claque, grosse chaleur, jsuis dead, lessivé, un vrai sachet de thé !!!
(Du Lipton, forcément, avec tout les saloperies que j’absorbe depuis 10 jours ^^)

Je m’arrête dans un resto, pas très loin de mon hostel, menu a 55 pesos, inespéré – sur la côte, les mecs se touchent un peu sur les prix, sérieux, même pour un morceau de pain, tu fumes ton PEL (mexicain, le PEL, hein, c’est pas du Cetelem ^^)…

Bah pétard, pour 55 (malheureux) pesos, c’est très copieux !

Gros morceaux de poulet, accompagnés de frijoles et de riz. Le doss baigne dans une Salsa Verde, assaisonnée à la Tempo KéLé (le truc sent le coriandre à des kilomètres ^^) : trop bon !

Et pour faire passer le tout, un jus de piña !!! De ouf !!! Trop frais, c’est juste parfait après cette journée de folie et pour contrebalancer avec les 40 degrés qui nous tapent sur la trombine depuis 11h ^^

Bon, avec tout ça, je sais plus où j’en suis rendu…
J’ai dû m’arrêter à Cancún…?
Pas top, Cancún, hein !

J’ai envie de te dire que c’est de la merde – à prononcer à la Jean-Pierre Coffe, hein, pas à la Jacques François ^^

La misère pour le backpack et encore plus pour le touriste que je suis.
Le tout n’est qu’un concentré de resorts et, seul véritable intérêt d’être sur la côte, la plage est pourlingue…

Seul petit délire, à l’hostel, mes compagnons de dortoirs sont plutôt cool !

Un argentin perché – le mec est à fond dans la théorie du complot sur la rondeur de la Terre.
J’ai eu le droit à tous les arguments possibles et imaginables genre « mais ils disent qu’ils envoient des bulles dans l’espace, c’est impossible »… Rien compris.

Et puis je m’en tartine les fesses avec su Nutella, un truc de dingue !
(Bah on peut bien se tartiner les sseufs de Nutella, avec les prix cassés d’Intermarché ^^)

J’étais à 2 doigts de lui dire « File moi ta brochure et ferme-la ! » – mais je ne sais pas dire brochure en espagnol :)

Le deuxième colloc est plus calme, normal, il est japonais :)
On a forcément parlé un peu jap et surtout du Japon et de l’Europe (que Nakao avait un peu visité), c’était cool.

J’en apprends toujours un peu sur le Japon quand je rencontre des gens, c’est top. Ça me donnerait presque envie de me remettre à fond dans le Japon mais… La flemme (j’ai atteins mon quota de « e » et de « m », je peux plus me faire plaisir ^^

Et puis, ce fut le drame !
On était encore pépères à 3 dans la piaule quand 2 vieux lascars espagnols se sont incrustés… Alors, on va pas faire dans le clichés, mais ça fait 2 fois que je croise du backpacker espagnol et… C’est le bruit et l’odeur !

Et on a tous pensé la même chose lol, en en parlant au petit dej le lendemain, c’était juste abusé ^^

Les 2 connards étaient à table également, du coup, mon ami argentin n’a pas osé s’exprimer, mais j’ai pu utiliser tout mon vocabulaire de zoku japonais avec Nakao lol

Du coup, le lendemain (hier donc), descente vers Playa Del Carmen, déjà plus proche de la définition d’une plage lol

Mon hostel est au milieu de nulle part.
Pas dur à trouver mais loin de tout, loin de la plage, loin du centre… Bref, paumé !

Et puis alors, cagnard à 11h, on doit caresser les 40 degrés et on les caresse si bien que j’en suis tout trempé – je devrais ajouter un petit #NSFW ^^

L’hostel est plutôt cool, suffisamment à l’arrache pour que j’aime et suffisamment blindé pour que je sois rassuré de n’y faire qu’une nuit ^^

Et c’est blindé de ricain – métaphore hasardeuse pour illustrer me bordel ambiant ! Pétard, mais qu’est-ce que ca parle fort une américaine !!! J’étais pas loin d’enfiler ma barbe et de simuler un attentat pour la faire taire cette… Bref !

Je lâche le sac à la réception et je trace en direction de la plage.

C’est mieux qu’à Cancún – ce qui en soit n’est pas trop dur – mais c’est tout aussi blindé de monde.

Je décide de tracer vers le nord pour accéder à la Punta Esmeralda et c’est chouette : ciel bleu, sable blanc (un peu trop d’algues mais bon…)

Le soleil tapé fort, mais l’eau est fraîche cependant – la trempette fait un bien fou par cette chaleur – on est loin des chutes de neige françaises ^^

(Je ferai bien un château de sable en forme de pénis, pour concurrencer Le Mans Université, mais pas sûr que ça passe ici…)

Grosse session tophs, avec un peu de tout, et retour à l’hostel pour la douche de fin de journée, bien méritée !
Pour le coup, ici, même froide, c’est pas trop froide lol

Soirée pépère à chiller sur YouTube et dodo la tête dans le ventilateur.

Réveil pépère – ça gueule déjà dans la cuisine. Filez-moi un flingue que je nous débarrasse de cette connasse !

Départ en collectivo pour Tulum (ce matin, si je ne m’abuse).
J’ai laissé mon sac à Playa Del Carmen, vu que j’y reviens demain.

Mon baise-en-ville ne contient que le strict minimum : serviette, brosse à dents, un tee-shirt et un slip :)
Tout le reste, je le trouverai dans l’hôtel, osef !

Arrivé sur place, ça tape !
Mais alors ça cogne de ouf – même moi, je suis obligé de mettre la crème solaire, amis albinos planquez-vous !

Je passe me signaler à l’hôtel.
Très cool, le collectivo m’a laissé à 2 pas :)

J’avais zappé avoir réserver une chambre, pas un dortoir, du coup, j’ai tiqué quand le proprio m’a demandé 200 pesos (habitué que je suis à ne lâcher que 100 pesos pour une nuit ^^) mais bon, tout roule et le temps de toper 3-4 infos, me voilà reparti pour la plage.

Là, on est à la plage !!!

C’est superbe : ciel bleu, sable blanc, eau turquoise, des palmiers, pas trop trop de people… Les vacances quoi !

De loin, on apercoit la pointe de Tulum.
Vamos !

Grosse session photos le long de la plage – jusqu’à grimper sur les rochers pour avancer un peu plus (en évitant les vagues lol)

Super moment, à chiller, à prendre le vent, à guetter les gros lézards et à kiffer la vie.
C’est que que K-maro appelle La Good Life !
C’est du bonheur et j’en profite comme un gros bâtard :)

Retour sous un cagnard de dingue, il est genre 15h et jsuis cramé.
J’ai chaud, jsuis trempé et j’ai une de ces dalles !!!

Je tente le resto que m’a indiqué le proprio de l’hôtel et pfiouuuu, c’est le rêve !

Rico y barato !!!! Mi sueño :)
J’en suis donc là, à mettre mon carnet de voyages à jour, en sirotant mon jugo de piña ^^