Japon – Kushiro, Obihiro et Trek à Sapporo

Publié le

Ouiiiiiii, je sais, j’avais dit que j’écrirai et je l’ai pas fait…

Je dirai bien que je suis désolé mais, sincèrement, t’as forcément bien d’autres choses à faire pour faire passer la journée, que de lire mes conneries…

Si ce n’est pas le cas, sérieux, tope toi une nana, un chat, un compte Netflix, je sais pas… ^^

Bref !

On en était où du coup ?
Ah oui, Kushiro !

Enfin, je squattais toujours à Minami-Teshikaga (je te joins la photo de la gare en commentaire) et je suis parti en direction de Kushiro, plus au sud.

Pas vraiment de plan, l’arrêt n’était pas prévu. Je pensais juste reposer un permanent cheville en évitant la grimpette :)

Alors déjà, faut que je te dise que le trajet entre Mashu et Kushiro – une grosse demi-heure en train – est juste top !

Le train trace en plein milieu des champs de fougères dorés comme la chevelure de Julien et, si les environs ont été épargnés par la neige, le froid a quand même fait quelques dégâts.

Du coup, par-ci par-là on longes de véritables marécages complètement givrés !

C’est juste dingue parce que tout est pétrifié, les herbes, les arbres, tout !
Ça donne un de ces cachets au dossier, c’est très chouette – et ce n’est pas sans rappeler l’ambiance angoissante de True Detective (pareil, si t’as pas vu, mate ce truc, la saison 1 est folle !).

Le coin est aussi connu pour la quantité et la variété de ses volatiles.
Tu croisés que ça ^^

Alors depuis le début du séjour sur Hokkaido, je suis surtout abonné aux corbeaux en tout genre – ça s’accorde dailleurs plutôt bien avec l’ambiance Winter Is Coming ^^ – mais jusqu’à Kushiro, j’en ai pris plein les yeux.

Je suis pas ornithologue, hein, mais j’ai quand même pu distinguer des hérons, des grues, des faucons et même un aigle ! Un aigle, oh !!! #WTF

A un moment, sur le côté, t’aperçois même un arbre rempli de faucons qui attendent. Une hallu, j’en avais jamais vu autant !

Arrivé à Kushiro, il fait beau.
Il continue de faire froid, hein, on est sur la côte. Ça souffle de ouf mais bon, bien motivé, je suis parti vers le sud pour voir la mer.

J’arrive sur le port, c’est limite abandonné. Sérieux, c’est flippant, tout est en vrac, à l’arrache totale…

Un vrai bordel, y’en a partout.
Les bateaux débordent de bazar en tout genre : filets, bouées, caissons remplis de glace (enfin d’eau glacée ^^), matériel etc.

J’ai réussi à atteindre ce qui pourrait passer pour une plage si ce n’était pas aussi crade. Le doss est plus près de la déchetterie – tu t’y balades pieds nus, t’es sûr(e) de toper une MST !

Après une petite boucle sur la côte, et quelques tophs, je suis remonté vers le centre.

Au hasard d’un détour, j’ai croisé un lac énorme. Le truc etait gelé mais alors, une vraie patinoire ! Et balaise le doss, hein, une immense plaque de verglas, c’est ouf !

La balade autour du lac est très cool, c’est plat (à quelques petites exceptions près) et y’a personne. T’es même suffisamment à l’abri du vent par moment, pour kiffer ta méga race :)

Mais alors par contre, ça souffle de ouf.
J’en pouvais vraiment plus de prendre des claques de vent dans la trombine, j’ai donc fini l’après-midi à chiller à la gare – dans une petite librairie d’occasion ^^ – et je suis rentré me mettre au chaud à la guesthouse.

Le soir à la guest, j’avais un colocataire.
Un indien qui bosse sur Tokyo et qui est en vacances sur Hokkaido.

Le mec, très sympa au demeurant, a à peine poser son sac qu’il a demandé au proprio s’il pouvait toper de l’alcool à la station d’à côté… ^^

Cinq minutes après, le mec est revenu avec une bouteille de saké. Mais sans rien d’autre à manger que des petits sachets de cacahuètes…

Alors il a payé son coup, on était 2 sur le doss – le proprio prenait le volant – et alors tu me connais, je suis pas du genre à refuser un verre.

Bon, j’en ai pris 2 lol – mais j’avais de quoi éponger, j’avais des spaghettis au frigo :)

Mais… Merde, je m’aperçois que je ne lui ai même pas demandé son prénom !!! Mais lol quoi… Bon bah, appelons le Suresh (^^)

Donc oui, Suresh lui s’est tapé la teille seul tout, entre 2 pistaches. Paye ton dîner !

M’enfin, petite nuit pépère et, le lendemain, départ pour Obihiro !

Y’a quelques 3 heures édé pour arriver dans le centre de l’île, mais ça passe bien.
Toujours pas un brin de neige, dommage.

Arrivé sur Obihiro, t’es direct dans l’ambiance.

A la sortie de la gare, y’a tout un tas de créations artistiques : sculptures, peintures etc. La ville est plus chaleureuse que toutes celles que j’ai vu d’ici là.

C’est petit, hein, comme ville.
Mais c’est plutôt bien fichu ! Le centre est bien arrangé, tu te perds pas et apparemment, ils préparent la cérémonie des illuminations de Noël.

C’est drôle, tout le monde joue le jeu, à la gare, dans la rue, même les mecs de la ville sont habillés en père Noël, quand ils installent les lumière etc.

Mon hôtel est très cool et bien tenu – ça me rappelle mon hôtel de ouf à Hakodate !
Le temps de poser le sac et je suis parti faire un tour.

Près de l’hôtel, en plein centre, y’a une rue très sympa. Perpendiculaire à la rue commerçante, c’est un spot piéton et c’est blindé de mini restos – et quand je dis minis, c’est mini : 4 personnes max dans le box !

Ça déchire sérieux, c’est plein de couleurs, plein d’ambiances et au final, ça ajoute une touche d’intimité dans le centre ville. J’aime beaucoup !

Je suis parti vers le sud, visiter le parc qui est près du zoo. Aaaah, enfin un peu de neige !!! Bon, c’est pas la banquise non plus, mais ça fait plaisir d’entendre craquer sous les chaussures :)

Rien d’exceptionnel au parc mais, en poussant un peu plus au sud, j’ai réussi à faire une jolie balade jusqu’au coucher du soleil.

Le lendemain, je partais pour Sapporo.

Grosse ville !
Sapporo, c’est la capitale de Hokkaido. Un condensé de Tokyo – le centre est un mélange de Shibuya (grands magasins), Akihabara (néon partout, ville électrique), Ginza (les Champs Elysée nippons) etc.

Alors les grandes villes comme ça, j’aime pas trop. J’aimais bien avant, mais après 15 jours de tranquillité, voir autant de monde, ça fout le bad :(

Rien qu’à la gare, en arrivant, laisse tomber le bordel !

En gros, la gare, c’est le point central de Sapporo. Y’a les grands magasins, la JR Tower avec ses complexes cinéma et shopping, la gare ferroviaire, la gare routière et les accès vers la station de métro !

Un labyrinthe !!! Y’a pas d’autre mot. C’est Ikea. Tout est fait pour que tu passes devant mille et une vitrines, ça part dans tous les sens et là, mon sens de l’orientation légendaire est mis à mal…

M’enfin, j’ai fini par trouver la sortie et 30 minutes plus tard, j’étais à l’hostel pour déposer mon sac.

Pas grand chose à faire dans l’après-midi, juste un peu de shopping express (oué, juste pour ma gueule ^^).

J’ai chiller un peu dans les rues, en mode bain de foule, mais bon, rien d’extraordinaire je trouve…

Ça commence à neiger quand je rentre à la guest – rien de violent, d’autant que bon, avec toute l’animation ici, la neige ne doit pas s’éterniser… – il est temps d’aller s’ébouillanter sous la douche et d’aller miamer.

Un petit film plus tard, j’étais au lit, bien décidé à me lever tôt et à partir loin du tumulte (c’est sûrement la première fois que je l’utilise celui-là ^^) du centre, profiter de ma dernière journée sur Hokkaido !

Et pour en profiter, j’en ai profité !!!

Le lendemain, donc, j’ai avalé un petit dej express et j’ai tracé !
J’ai ouvert le GPS et cherché un point vert, bien éloigné du centre – qui serait à coup sûr plus calme – et avec si possible un peu de grimpette (j’avais une de ces envies de neige !!!) (il m’aura fallu quoi, 2 jours ici, pour retourner ma veste lol).

Me voilà donc parti vers le sud.

Sortir de Sapporo fut une vraie tanasse !
Ça glisse de ouf sur toute la ville, t’as pas idée !!
Donc oui, la neige n’a pas tenu, mais elle a laissé derrière elle une plaque de verglas sur l’ensemble du doss…

A chaque pas, c’est la folie… :(

Mais bon, en m’éloignant encore un peu, le bitume devient praticable.

Je me suis arrêté dans un parc, lac gelé, petit balade, temple (voir la vidéo précédente), la totale quoi.

Et puis j’ai décidé de pousser un peu plus haut, vers les montagnes.
Le GPS annonce une trek vers le Maruyama, j’en demande pas plus :)

Ça passe en mode grimpette avec de la neige etc. Laisse tomber le bonheur !
On est à une heure édé de Sapporo et c’est carrément une autre ambiance :)

Je m’arrête vite fait au konbini pour miamer – l’hallu, les magazines de cul sont visibles depuis l’extérieur, abusé !

Jsuis en train de miamer mon PizzaMan devant la vitrine, jsuis choqué – imagine les gosses s’échanger des cartes Pokemon devant des paires de sseufs et des nichons à l’air… Normal…

Mais arrivé au sommet, on est super hait non plus hein, je dirai un petit 900m (faut que je regarde !), c’est top de chez top !

T’as de la neige jusqu’aux mollets par endroits, c’est vierge, désert, impraticable, le rêve :)

Et puis y’a plus vraiment de sentier passé un certain point. T’es sur la route, sur le bas côté, au mieux presque dans le fossé ^^

Alors je recommande pas, hein, c’est légèrement dangereux par ce temps, une voiture aurait vite fait de déraper… Mais j’étais bien parti, je me suis dit osef !

Superbe trek en tout cas !
De jolies choses à voir, notamment une temple d’inspiration chinoise disposé sur 3 spots en hauteur, très très très beau !!

Et puis le drame arrive.
Mon phone tombe en rade… :(

Pétard, j’étais à deux doigts de le noyer sous la neige – il aurait, comme ça, rejoint feu mon iPhone, tombé dans la baie de Phang Nga pour la cause…

J’étais en train de te faire une vidéo de folie avec la neige qui tombait par blocs du toit du temple rouge (dernière toph je crois), c’était magique !!!

Bref !

Le souci, mis à part le fait de ne pas pouvoir prendre de tophs, c’était aussi que je n’avais plus de GPS…

Et ça non plus, je ne recommande pas !!!

La folie ^^
J’étais là, à me repérer au soleil – il se couche derrière moi, c’est donc que je vais à l’est, c’est bon… Non ?! (lol)

Seul tout en plus, laisse tomber.
Je voyais le soleil disparaître doucement derrière les montagnes, j’accélerai pour me sortir de là avant la nuit.

J’ai fini par croiser une joggueuse (ouf !)
Je lui ai juste demandé de si j’étais dans l’abonné direction pour Sapporo, elle a halluciné mais m’a dit que oui (re-ouf !)

Par contre, elle m’a précisé que ça descendait bien – pour le coup, je l’ai cru sur parole parce que, mine de rien, j’ai quand même grimpé pendant 3 heures… ^^

Et alors la descente, wow !
Ça glisse aussi sec que ça descend. Et alors, si ma guibole va mieux, faut pas non plus faire le malin…

J’avoue, j’ai pris cher !
La descente en quatrième vitesse, avec un mélange de neige et de glace – et une route qui zigzague de malade (parce que t’es en montagne, ndlr) – c’est juste dangereux !

Jsuis à deux doigts de me casser la gueule à chaque épingle, parce que j’arrive pas à m’arrêter. Ça glisse trop et je prends énormément de vitesse, sans m’en rendre compte !

Et puis la nuit tombe aussi, t’as la pression : arriver en ville avant le noir complet – inutile de préciser que la route de montagne n’est pas ou que très peu éclairée la nuit :(

M’enfin, je me débrouille bien et je retrouve assez vite mon chemin !
Soulagement ^^

J’arrive dans le centre à la nuit tombée, jsuis mort.
J’ai le dos trempé – mon vieux tee-shirt fétiche va encore perdre des couleurs – mais jsuis content !

Je voulais profiter de cette dernière journée, je pouvais pas mieux rêver: de la neige, du paysage, de la sueur, du kiff, de l’angoisse, le tout à bonne température et tu ne vois pas la journée passer ^^

Petite douche bien méritée au retour à la guesthouse. J’étais bien naze !

Un dernier Yoshinoya pour la route – il me restait un coupon, j’ai eu droit au set de folie pour 3€, miam !

Détente à la guest pour la soirée, postage de tophs, de vidéos et surtout aucune rédaction (flemme oblige ^^) et j’ai fini par mon faisage de sac traditionnel.

Alors c’est un peu le bordel là.
J’ai mon backpack, mon petit sac à dos et un énorme sac blindé de bouquins…

Ca va être un de ces bordels pour rentrer – faut absolument que je vois si je peux enregistrer les bouquins comme bagage en soute, je me vois pas les trimballer pendant 2 heures à l’escale… ^^

M’enfin, tout roule !

Ce matin, réveil à 5:30, pour aller toper mon train.
Alors je suis chargé de ouf et c’est pile ce jour-là qu’il décide de neiger de ouf sur Sapporo – Non mais sérieux !!!

Je te dis pas la tanée pour aller de ma guest à la station de métro, en esquivant les embûches de mère Nature.

Et c’est bien évidemment à 2 pas de la station que je manque de me casser la tronche en glissant sur une plaque d’égout !!! Oh !!!

M’enfin, un métro et un train plus tard, me voilà déjà à Hakodate.

La neige à recouvert toute cette partie de l’île. Même à Oshamambe, sur la côte, tout est recouvert, c’est très chouette !

Ça fait encore plus de peine de partir, tiens… :(

Là, je suis dans le Shinkansen direction Tokyo.
J’ai rendez-vous avec Tae et Ansa, les deux japonaises croisées en Australie, en 2015 !

On va chiller pour ma dernière soirée au Japon !

D’ici là, bah, je filerai quelques news à mon arrivée – reprise du taf jeudi, dans la détresse totale, t’imagines bien !

Photos