Japon – Chikabumi, Abashiri et Shiretoko

Publié le

OooooooooK !!!

Bon, j’ai fait mon flemmard hier… et avant-hier aussi quand j’y pense ^^

Du coup, j’ai quelques doss à raconter.

Alors, pour mon dernier dans la région d’Asahikawa, j’ai décidé d’aller visiter Chikabumi.

Il a un « petit » parc très sympa dans le coin, en pleine montagne – alors c’est assez plat sur Hokkaido, notamment dans les villes, donc quand je dis montagne, c’est pas l’Everest, hein?!

Du coup, quand je me suis pointé à l’entrée du parc en question, j’étais assez confiant. C’était sans compter les dernières chutes de neige…

Je me suis retrouvé devant un spot complètement recouvert de neige. Complètement quoi !

Et puis alors, comme c’est toujours blindé de touristes ici (en lecteur assidu, tu as dû noter l’ironie)(oh pétard, j’ai failli oublié : « en lectrice assidue » aussi ^^), t’imagines bien que tout était très bien conservé – des centimètres de neige, sérieux j’en avais jusqu’aux genoux par endroits !

Et, petite ou non, c’est une montagne, donc ça grimpe. Et bien…

Tu me connais, la neige, c’est pas mon délire. Je ne suis jamais allé aux sports d’hiver, pas trop ma came, donc bon, je n’ai pas l’habitude de la neige.

La grimpette, ça va. Mais la grimpette dans la neige, sérieux, ça pique.
Encore plus quand t’en as presque jusqu’aux cuisses à chaque pas ^^

M’enfin, à part ça, c’était très cool !
J’en ai pris plein les pompes et plein les chaussettes, mais ça en valait le coup, le paysage est magnifique.

Et puis y’a personne, j’ai l’impression d’être le premier homme sur Terre – sauf que je ne suis pas nu ^^ – entouré de la nature. Et tu vois, si côté flore, la neige a tout effacé, la faune locale résiste encore.

On peut carrément voir des chouettes bien calées dans des trous d’arbres, des piverts, des écureuils etc.

Apparemment, y’a même une biche ou deux qui squattent les lieux :)

Franchement, c’était top !
Le seul bémol, c’est que je me suis un peu foulé la cheville – la même cheville qui était enflée au Guatemala… C’est toujours la même, abusé sérieux !

J’ai fait le retour à la guesthouse en boitillant – un mélange entre Kaiser Soze et Dr. House (pas les versions swagguées, hein, plutôt les versions dégueulasses de Stomy Bugsy et de Christophe Hondelatte ^^)

Le lendemain, hier, je partais pour Abashiri, à l’est de l’île d’Hokkaido.

Le proprio de la guest m’a même déposé à la gare, comme j’étais le dernier à squatter, on a pas mal sympathisé, c’était bien cool ^^

Le trajet en train jusqu’à Abashiri vaut vraiment le coup !
On longe la côte, vue sur la mer d’un côté, vue sur les montagnes de l’autre, c’est chouette !

Et plus on avance vers l’est, plus la neige disparaît. Si bien qu’arrivé sur place, y’a quasiment plus un flocon de neige par terre.

En tour cas, pas en ville ^^
Parce que, plus haut dans la vallée, c’est sauvage à souhait !

Là, on est en automne. C’est vert, marron, rouge et or – bienvenue chez Griffondor ^^ – la forêt qui surplombe la ville est magnifique.

En grimpant jusqu’au mont Tento, on apercoit encore quelques traînées de neige.

Ça croustille sous les pieds (comme une Craquotte ou un Granola – les vrais savent #ASFH) et ça glisse aussi un peu.

J’avoue, avec ma cheville en vrac, j’en menais pas large, mais bon, pas de quoi m’arrêter ^^

Ce qui est excellent, ce sont les empreintes laissées dans la neige.
Y’a de tout, des biches et je crois même reconnaître des traces de renard… :)

Au détour d’un chemin, je suis tombé sur une sorte d’enclos abandonné. J’y prêtais aucune attention jusqu’à ce qu’une branche craque sous mes pas et que ça réveil 3 énormes bestiaux qui se doraient la pillule à côté.

Deux biches et un cerf. Énormes tous les 3 – mais vraiment énormes, j’ai halluciné ! J’avais déjà vu des biches en liberté, à Miyajima, mais elle s’étaient plus petites.

Là, franchement, elles étaient immenses.
Et en cavalant dans les fougères, elles sautaient suffisamment haut pour qu’on puisse les voir parfaitement – chouette moment.

(Par contre, heureusement que c’est plutôt craintif comme animal parce que le cerf était énorme aussi, et je n’en aurai pas mené bien large devant le doss !)

Bonne petite balade donc, jusqu’au coucher du soleil, le temps de rentrer à l’hôtel pu ma chambre double m’attendait – un véritable appartement, sérieux ^^

Aujourd’hui, je suis parti à Shiretoko – encore plus à l’est du pays.

Je devais normalement allé jusqu’au parc national du même nom mais, basse saison oblige, les bus pour s’y rendre ne sont pas nombreux et les seuls disponibles sont à des tarifs exubérants (40€ AR, ça fait cher, même quand on est pas une pince !)

Du coup, j’ai pris le temps de visiter cette bourgade de bord de mer.

C’est minuscule lol
Mais vraiment tout petit, t’en fais le tour en 2-2, même avec une cheville HS.

J’ai longé la côte pédant 2-3 heures, en passant par la plage et en découvrant un sentier à l’abandon très sympa.

Quel plaisir de changer de décor.
Je mettais habitué à la neige et à l’ambiance Winterfell, mais j’avoue que de retrouver un brin de soleil, de ciel bleu et de végétation, ça fait du bien !

Et puis, après quelques minutes de balade, sortir de la forêt, à l’arrache, pour arriver sur la plage, ça rappelle des souvenirs (l’Asie du Sud Est, l’Amérique du Sud, les Caraïbes etc.).

Donc voilà pour les derniers jours.
Demain, je descends sur Mashu voir les lacs, en espérant que le beau temps soit toujours de la partie !

Photos