Costa Rica – San Jose

Publié le

Bien arrivé sur San Jose !

Pétard, 4 heures de bus quand même, entre San Isidro et SJ…
Tu le sens bien passer, mais bon, je dois avouer que le décor vaut son petit pesant de cacahuètes !

La route vers la capitale serpente entre les montagnes et le bus zigzague péniblement en effleurant le ravin, c’est toujours une hallu. C’est la route principale, celle qui traverse le pays du nord au sud, donc le traffic est chargé, les camions sont nombreux et on frise la catastrophe à chaque fois qu’un conducteur trop pressé joue les casse-cou(illes).

En remontant vers le nord, tu passes devant le parc de Quetzal et là, c’est une hallu aussi. C’est aussi vert qu’au Chirripo ou au Monteverde, à ceci près que les arbres ne sont pas énormes – t’as l’impression de traverser des forêts de bonzais :)

Mais c’est beau ! Le Costa Rica a au moins ça pour lui : ses trajets en bus t’en mettent plein la vue ^^

Du coup, oui, j’arrive sur SJ en fin de journée, vers 16:30. Le temps de remonter l’avenida 6 et d’halluciner sur les quartiers environnants et j’arrive à mon backpack.
Pourquoi j’hallucine ? Parce que le contraste avec mon arrivée ici est dingue.

J’étais à la Sabana, à l’ouest de SJ, quand je suis arrivé. C’était calme, propre, calme, mais surtout très calme ^^
Là, je suis pas très loin du Barrio Escalante et c’est un peu plus ghetto. Ça sent un peu plus l’urine, la drogue, le racolage low cost, mais aussi la peinture :)

Le truc fun, c’est qu’on est à deux pas du quartier Catedral, un peu uppé. Je sais pas si c’est une ambassade que j’ai vu, mais les environs sont sous bonne garde.
L’architecture est moderne, les mecs en costume, l’atmosphère détendue mais un brin prétentieuse. Mais sorti du carré, laisse tomber, c’est l’orgie !

La ligne de train traverse cette partie de la ville, et tout du long, c’est Beyrouth. Des vieilles baraques arrachées, des tags, des clodos (pas mal) qui font leur marché parmi les ordures. Les mecs s’arrêtent à droite à gauche pour pisser un coup sur un mur et moi, bah je suis en face, à kiffer ma race, en prenant les flops en tophs (I’m not sure Google will translate that, anyway… ^^).

Le genre d’ambiance que j’aime quoi :)

À l’hostel, ambiance pépère. Salon lounge, terrasse vintage, piscine en 8, hamacs et matelas cosy, ça sent bon les années 60, j’suis au top ! La carte postale a des allures de pochettes de disque Hed Kandi (tu sais, celles faites par Jason Brooks).

Le genre d’ambiance que j’aime quoi :)

La petite française à l’accueil, est très cool. Sandrine bosse dans le spot depuis un mois et, en scannant mon passeport elle me demande « French ? », je réponds oui et on commence à discuter. Ce qui est marrant, c’est qu’en me parlant, elle mélange l’anglais, l’espagnol et le français ^^

Je lui demande mon numéro de dortoir, elle me répond « C’est le dortoir numéro ten… » lol

Le temps de poser le sac, de prendre une douche et d’enfiler un slip – ah oui, je t’ai pas dit, mais ça se couvre sévère ici. Les températures chutent aussi, c’est frais (on frissonne pas, mais le soir, t’enfiles un pull ^^) donc bon, oui, t’essaies de garder tes objets de valeur bien au chaud ;) – un short et mon sac et hop, je pars faire 2-3 courses et prendre quelques tophs !

Lourd ! Franchement, le spot déboite pas mal. Pas un gros niveau, mais 2-3 mecs qui sortent du lot quand même.
De retour à l’hostel, il est presque l’heure de se faire à miam. Je squatte la cuisine extérieure avec un chinois sympa et je tombe sur une petite famille française bien cool.

Je discute avec Opon, un français d’origine thaïlandaise, qui voyage avec sa sœur Emeline et leur père Jean-Marc. Tous très détendus et agréables, on se tutoie direct et on enchaine les sujets de discussion, les anecdotes de voyage etc.

Et puis Opon paie sa bière. Et puis je paie la mienne. Et puis il en repaie une… Tu vois le doss arriver là, hein ?! ;)
On a finit, après manger, par fumer une bouteille de Tequila à coup de shots, en compagnie de cinglés (comme nous).

La team est folle ! On est là, avec Alex, (québécois – encore et toujours, c’est l’invasion mec !!!), Emil (danois), Brenda (costaricaine) et Mathilde, la barmaid française de l’hostel. Et tout se petit monde parle (plus ou moins bien) français donc c’est l’orgie !

A 22h, quasiment tout le monde est couché, ici, c’est l’hallu !
Et nous, on est là, à foutre le dawa au bar :)

Emil rappe (en danois et en anglais) et fabrique ses sons. On a droit un mini concert a capella entre 2 bières. Et puis il y a aussi Émile, le chat de Mathilde. Le doss est minuscule, il doit avoir 4 semaines, c’est ouf ! On a assisté à son premier caca – l’émotion, comme toujours, devant autant de mignonceté lol

C’était la même avec Merdouille, le chat de Thomas.
Le truc, c’est que j’ai pas de filtre en vacances donc, comme Mathilde attendait l’étron providentiel dans l’angoisse, je me suis souvenu de la technique de Thomas pour aider son chat à « pousser » et je lui ai demandé : « Tu lui as masser l’anus avec un coton-tige ? »… LOL ! On a vu mieux comme premier contact… ^^

M’enfin, on a finit la soirée à minuit, tous décédés, Emil est parti s’approvisionner en beuh et Émile s’est endormi dans mes bras :) #instantCalin #unMinouCestUnMinou

Donc voilà, couché pas trop tard, levé tôt (sa mère !!!), réveillé par ces p*tains de trains qui passent à côté. Ils ne peuvent pas s’empêcher de klaxonner comme des connards et il n’est que 6h du mat !!!

Donc bon, petit dej à la fraîche. Enfin à la fraîche… J’ai plus l’habitude de la Téquila, moi, donc jsuis pas très frais… Au menu, ChocoPops, banane, yaourt et un café bien serré.

Aujourd’hui, pas de folie, je vais essayer de toper le graffiti shop pour voir si d’une, ils ont du matos et de deux, si on peut peindre pépère ici :)

Se loger

Costa Rica Backpackers
Avenida 6, entre les rues 21 et 25, San Jose, Costa Rica

Photos