Costa Rica – San Gerardo (en passant par Uvita)

Publié le

Ok, je viens de commander un smoothie ananas, j’suis au calme, un peu crevé, le moment parfait pour te donner quelques news.

Alors, je t’ai quitté à Uvita je crois. La plage tout ça… Enfin, le tout ça, c’est surtout pas grand chose. Uvita, comment te dire… Évite ! Ils en font tout un cirque avec la plage, la Bahia Ballena etc. mais le spot n’est pas fou.

Le truc, c’est qu’ils font passer une plage pour un parc naturel marin, genre protégé, entretenu, à la limite du guide Michelin, la totale.
Un bon moyen de te faire raquer 6$ pour qu’au final, tu n’y vois qu’une longue plage.

Alors à première vue, ça claque bien. Mais une plage, ça claque quand même plus si tu peux y voir le soleil se lever ou se coucher, non ? Bah là, tu te touches un peu (en fait, beaucoup, mais bon…) parce que le « parc » n’est ouvert qu’entre 7h et 16h… #WTF ??!!!

Du coup, sans vouloir jouer les pinces de service, ça fait quand même cher de l’heure je trouve…

Donc bon, retour à l’hostel – plutôt cool d’ailleurs, j’ai squatté à l’hôtel El Tucan. Très bien (entre)tenu, personnel sympa, chambre cool, wifi, cuisine, hamacs, c’est zen ! Ma piaule aurait plu à Matt des lescomics.fr, tapissée de pages de comics en tout genre, vraiment chouette :) – où j’ai pu rencontrer un de mes colocs : Andrew.

Andrew est un jeune américain bien sympa qui voyage à la cool au Costa Rica depuis un ou deux mois (je sais plus). Il vient du Winsconsin, mec, alors on a causé de Bon Hiver et d’Eau Claire (voir mes aventures avec Sam, au Laos).

On a finit par se prendre des bières au bar en profitant d’un concert de blues / folk organisé pour le 4 février :)

Le lendemain, je partais pour le Cerro Chirripo.
Ça se trouve plus à l’est, dans les terres. Il faut se rendre sur San Gerardo (ce truc est impossible à prononcer !!!) via San Isidro. J’ai pris un bus assez tard donc j’ai préféré prendre une piaule sur San Isidro (la piaule à l’arrache dont je t’ai parlé dans mon dernier post, tu sais, pas de wifi, pas de prise, nada ^^)(pour 4000 colones, t’as plus rien ! lol)

J’avais un bus pour San Gerardo à 8:30 le lendemain matin.
Me suis levé, j’ai pris mon mini-petit dej (1 yaourt, 3 gâteaux) et j’ai tracé vers le terminal du Mercado.

Dans le bus, personne ! On était genre 6 au total, j’étais le seul touriste… Ça fait bizarre, d’autant que le pays est blindé de touriste, crois moi ^^

Arrivé sur San Gerardo vers 9:30, c’est l’hallu. Le spot est minuscule. Des petites baraques éparpillées (façon puzzle) dans la montagne. Je me rencarde auprès du chauffeur, qui me dit que je dois monter sur un bon 1,5km pour trouver un hôtel.

Quand je dis monter, prends le au pied de la lettre. Ça monte sec, sa mère !!!
Je suis avec mes 10 kilos sur le dos, sous le cagnard matinal, avec un mini petit dej dans le bide, ça pique fort…

Le Lonely Planet et internet te conseillent seulement 2 hôtels ici : l’hôtel Uran et la Casa Mariposa. Au premier, y’avait plus de place en dortoir, seulement des chambre à 20000 colones (40€)(j’ai failli oublier : !!!!!). Je file au second où une très jolie nana me dit qu’elle n’a plus de place non plus en dortoir mais que je peux prendre une piaule à 32000 colones (un peu plus de 60€)…

J’en ai perdu mon espagnol là…

– Redis moi ça, que je lui lance.
– 32000 colones.
– Et je vois la Tour Eiffel pour ce prix là ?
– Qué ?…

Bah oui, la nana m’annonce des prix parisiens là, j’espère que pour ce prix là, j’ai le jacuzzi sur le balcon et la vue sur la Tour Eiffel, bordel de m… Tu vois, rien que d’y penser, je m’énerve…

Alors bon, je suis pas Bertrand Cantat, mais je lui aurai bien mis une petite biffle… une GIFFLE pardon… (Foutu T9 lol) Rien de méchant, juste que je crois qu’elle était en pleine crise d’hystérie.

Sérieux, on n’annonce pas des prix de ouf comme ça ?!!!
Non mais tu m’as bien regardé ou quoi ?!!! J’ai le même tee-shirt depuis 4 jours là, j’ai pas pris de douche ce matin, je pue… et je porte pas de slip, bordel, je suis en short de bain !!! Est-ce que j’ai une tête à payer 60€ dans une piaule espèce de grosse BIIIIIIIPPPPP ?!!!
Pour ce prix là, est-ce que tu me BIPPPP la BIPPPPP ?!!!!…

La chaleur mec, laisse tomber… Je vais aller me reprendre un smoothie, ça va me calmer…
Bon, j’ai pris un Canada Dry pour changer lol – je suis accro à ce truc sérieux !!
Ici, on te le sert à l’ancienne, en bouteille de verre. Ça me rappelle quand on allait voir ma mère à son travail quand on j’étais petit. Elle travaillait au Centre des Impôts à Nantes et ils avaient de vieux distributeurs de boissons, genre Canada Dry et Orangina en bouteille de verre :)
Minute nostalgie – même qui si tu restes encore un peu, je vais chanter du Michel Sardou ^^

[…]

Voilà ! Bon, du coup, je suis descendu vers le bourg, pour voir si je pouvais trouver une piaule pas chère histoire de rester un peu sur place – le plan B étant de me casser par le bus de midi, peu importe où, tant qu’on n’essaierait pas de m’enfiler comme une perle…

Je précise que je suis parti de la Casa Mariposa sans faire de mal à personne hein… ^^

J’ai fini par trouver un spot sympa au final, un restaurant / hôtel qui s’appelle Vista al Cerro.
Le mec tient le truc avec sa mère. Très bon accueil, mini dortoir impeccable, le wifi et surtout, comme c’est un resto, je peux commander des trucs quand je veux :)

Le temps de poser le sac et je suis parti explorer les environs.
Je me suis aussi rencarder pour savoir si je pouvais taper l’ascension vers le Cerro Chirripo. On m’a dit que le refuge était complet pour la semaine et que donc, la seule solution c’était de taper le truc en une journée (genre tu pars à minuit et tu rentres à minuit le lendemain…).

Je me sentais pas du tout prêt à torcher un trek (considéré comme très dur) comme ça. Déjà, j’ai pas la forme physique pour le faire et surtout, moi j’aime prendre mon temps, prendre des tophs etc. Le faire en 2 jours, c’est déjà un peu juste, alors en un… No way !

Du coup, j’ai préféré m’orienter vers une exploration du spot.
À l’office de tourisme du coin, on m’annonce qu’il n’y a pas de carte de la zone… Sérieusement ?!!! Je suis presque sûr que Christophe Colomb à tracer une carte du spot en arrivant. Et là, tu me dis qu’il n’y a pas de carte ?!!!

Tu le sens, mon pétage de plomb qui monte là ?!… J’étais encore pas loin du coup de tête / balayette avec celle-là.

Je sais pas si les gens se foutent juste de ma gueule ici, où si le pays est tellement à la rue, qu’il y a des zones touristiques (et qui plus est, pour trekkeurs) sans aucune carte des chemins de randonnée… :(

Bon, jsuis pas complètement demeuré, hein, je me suis demmerdé !

Je me suis tapé deux jours de rando légèrement extrême ici.
En fait, j’ai suivi les routes qui montent et qui descendent de San Gerardo et j’ai trouvé des sentiers à l’arrache, qui m’ont permis de passer le temps :)

En moyenne, 6 heures de marche par jour. Sous le cagnard, pour changer (^^), au milieu des montagnes, des vallées, des champs de café etc. Le bonheur !!! Enfin presque le bonheur…

Il y a toujours quelqu’un, ici au Costa Rica, qui va te demander de l’argent pour n’importe quoi. Entrer dans un parc, un jardin, voir une montagne, marcher sur la route, prendre un caillou en photo, pisser contre un arbre, respirer, réfléchir… Sérieusement, c’est chiant. D’autant que la plupart du temps, on ne t’indique le truc qu’à la sortie, une fois que tu as fait le tour et que, par conséquent, bah t’as bien profité, faut payer…

Et puis alors là, le Costa Rica fait preuve d’une originalité sans égale pour te la mettre profond. Quand tu ne paies pas l’entrée, tu paies la taxe, le passage ou même la donation… La donation bordel !!! Ça veut dire que tu donnes ce que tu veux, non ?!! Alors pourquoi tu précises « Une donation de 3000 colones », connard !!!!

Alors oui, ce ne sont que 3 malheureux dollars (quoique tu manges avec ça, ici…)(ce qui veut dire que tu manges 3 fois, avec ça, en Amérique du Sud ^^), mais le truc, c’est qu’on te vend l’idée que tu « donnes » de l’argent pour entretenir la forêt… Alors de 2 choses l’une, soit c’est le prix de l’entrée, soit on pose une tirelire (comme l’Unesco le fait dans les aéroports) et chacun dépose ce qu’il peut / veut.

Le mec qui était à l’entrée, avait une tête de junkie mal lavé (en même temps, je devais avoir la même, ce matin là… ^^). Qui me dit qu’il s’est pas juste mis la thune dans la poche cet enc…
Bref !

Et ce matin pareil, on m’a demandé 2000 colones parce que j’étais dans un jardin « secret ».
J’ai eu le temps de faire le tour, aucun panneau à l’entrée, rien, et sur la fin : « Vous avez payé à l’entrée ? »

Pour le coup, je suis pas sûr que le mec m’ait vouvoyé, ça ferait un peu tâche. Si t’es parti pour me la mettre, on se dit « tu » et tu peux m’appeler Romu… C’est ptet même moi qui devrait le vouvoyer, d’ailleurs…

Parce que c’est un peu ça, aussi, le Costa Rica. Il y a toujours quelqu’un pour te la mettre, hein, et bien profond. Mais on ne t’enc*le pas, hein, on introduit seulement un objet de taille conséquente (et partiellement recouvert de graviers) dans ton rectum – enfin dans ce qu’il reste de ton rectum après 15 jours ici ^^

Là encore, fais confiance aux costaricains pour trouver les mots (maux ?) justes ^^

Et comme si ça ne suffisait pas, il y a aussi quelqu’un pour te vendre la pommade et la rustine anale, juste après. Ce qu’il y a de drôle, c’est que partout, les locaux finissent par te demander d’où tu viens et si tu kiffes le Costa Rica. Moi, sincère, je réponds toujours « bof bof » et quand je leur dit que c’est un peu cher pour ce que c’est, tous me rétorquent que oui, c’est cher, mais c’est propre, calme, vert etc.

J’en parlerai à l’heure du bilan, mais j’ai surtout l’impression que les ticos (les costaricains) se la pètent un brin, comme si le coût élevé de la vie dans un pays était signe de réussite et de fierté… On en reparlera…

Parce que mis à part ces petits détails, le spot déchire !
J’ai surkiffé ma race, hier et aujourd’hui, en montant toujours plus haut afin d’avoir un panorama complet de la région.

Il faut toujours aussi chaud, hein, même si les nuits sont plus fraîches (mais très supportables, ça fait du bien de s’enrouler dans une couverture lol) du coup, tu transpires de ouf !
Sur la route, personne, j’étais seul. A peine croisé 2-3 locaux par ci par là, un signe de la main et chacun trace de son côté.

Ici, on est au milieux des montagnes. Le décor est vert et je devrais mettre le mot « vert » au pluriel, tant les nuances se distinguent à l’horizon. Il y a de la verdure partout ici, les vallées sont dégagées, mais de loin les motifs s’encastrent comme les pièces d’un puzzle monochrome. Les fincas de café sont plus sombres et montent en escalier, séparant les champs de maïs et les bananeraies :)

Les sentiers montent et descendent aléatoirement mais toujours de manière assez abrupte. Par endroit, la pente est à plus de 45 degrés, tu termines sur la pointes des pieds pour soulager tes chevilles. Heureusement, le chemin est parsemé d’arbres bien garnis ; après quelques heures de grimpette, t’es content de pouvoir souffler au frais, à l’ombre d’un palmier.

Hier, je suis monté jusqu’au Rocher des Vautours. J’en ai chié, pour le dire clairement :)
Pour te dire, j’ai fini l’ascension torse-nu, parce que, à un moment, faut traverser une rivière… à pieds…! J’ai des pompes dites « imperméables », je pense pas qu’elles puissent le rester sous 50cm de flotte, pendant 3 minutes… ^^

Et là, en fan inconditionnel, tu te vois débiter le texte de Pierre Mortez dans Le Père Noël est une Ordure, quand il « introduit » son doigt dans le disjoncteur et que Thérèse lâche le tournevis… « Ah la putain de ta mère, salope… Bordel de merde… » (sic)
Parce que bon, ici, c’est la montagne. L’eau est froide mec !!! Gelée mec !!!

Et ça glisse en plus, j’étais pieds nus à crapahuter sur des cailloux glissants – sérieux, c’est aussi un spot de surf ici ou quoi ?! Ils mettent de la wax sur les rochers aussi ??!!
Et j’ai toujours pas de slip là, rien qui puisse tenir mes testicouilles transies qui ont bien failli lâcher sous le choc, quand j’ai fini accroupi dans l’eau…

Le seul truc positif, c’est que du coup, ça a légèrement soulagé mes hémorroïdes… Bah oui, que veux tu, 17 jours à te faire enfiler… :)

Du coup, les pieds gelés en sortant de là, je l’ai joué à la Bear Grills : j’ai enlevé le teeshirt et je m’en suis servi pour m’essuyer les pieds. Le doss était déjà cramé et trempé de toute façon, mais il était chaud donc j’ai pu me réchauffer les orteils fissa et remettre mes pompes rapidos (ouf !)

Même chose au retour hein, sauf pour la phase d’improvisation théâtrale, j’ai joué le Pierre Mortez en version espagnol (Pedro Mortez de la Vega) : « Ayayay puta madre, maldita perra… Puta mierda » (pas sûr que ce soit vraiment ça, mais sur le coup, ça soulage lol

Aujourd’hui c’était plus calme, j’ai pris cher, hein, mais pas de quoi sortir de mes gonds (l’expression de ieuv, sérieux… Anaïs va me tacler, c’est sûr !). Décor tiptop, je suis monté suffisamment haut pour admirer les flancs des montagnes environnantes.
J’étais à 2 doigts (enfin 3, à la Madame Musquin lol) de passer par un sentier un peu chelou, mais un mec qui passait avec son cheval m’a dit qu’il y avait des pumas.

J’adore, le mec me dit « Mais vas-y si tu veux… »
Oui, bien-sûr, j’aime faire le malin, mais pas à ce point là. Et j’ai pas ma boîte à pharmacie sur moi, en cas de pépin… A peine 2-3 rustines anales dans le sac – au cas où il faudrait payer une redevance, parce que j’écoute de la musique en marchant… :)

Enfin voilà, je suis fané, mais l’air de la montagne me fait le plus grand bien.
Demain, je pars dans le centre du pays, je vais essayer de faire une étape de plus avant le volcan Poas et mon retour. La semaine passe aussi vite que quand je suis au taf (mais soyons clair, je me paluche bien moins en vacances lol) donc bon, je vais en profiter un maximum.

Se loger

El Tucan (Uvita)
A 100m à l’est de la Banque du Costa Rica, Uvita, Costa Rica 60504

Auberge de Montagne Vista Al Cerro
Sur la route principale, après la Oficina de Guías Arrieros y Porteadores, San Gerardo De Rivas, Costa Rica

Photos