Costa Rica – Quepos

Publié le

Et bah écoute, j’ai envie de te dire : bien arrivé sur Quepos !

Pfiou, petite nuit quand même hein, j’étais pas vraiment de bonne humeur ce matin, laisse tomber…
Les djeuns de l’hostel ont fait la teuf hier (apparemment, c’était l’anniversaire d’un des mecs) et ils ont, bien évidemment, trouvé ça plus cool (et moins cher) de se miner la trombine avant de partir faire la fiesta ailleurs.

Alors, ça gueule, ça rigole, ça tise, ça sniffe, ça prend des pilules (et je ne parle pas de contraceptif là, hein… ^^), ça roule des joints presqu’aussi vite que ça les fume etc.
Tu sais bien que la fiesta, c’est fini pour moi depuis longtemps – on a tous un Roger à l’intérieur de nous qui réalise qu’on est trop vieux pour ces conneries… ^^ – du coup je pensais me pieuter tôt et me lever tout aussi tôt :)

Bah non, impossible. Le dawa, le bordel, la foire, l’orgie, tout ce que tu veux…
L’enfer !
Alors bon, j’ai encore des réflexes de jeunes – d’autant que j’ai toujours l’air d’avoir 25 ans moi (surtout sans la stache lol) – donc j’ai pu discuter à droite à gauche, dans toutes les langues.

J’ai même fait ma première blague en espagnol :)

Remarque : l’anecdote est pourrie, hein, t’embête pas à tout lire si t’as autre chose à faire.
Je mets une ancre à la fin du doss, comme ça, t’as juste à descendre ;)
(Après, si comme moi, tu emportes ton phone en allant aux toilettes… ^^)

Vite fait : y’avait un québécois sur place…

Pétard, je sais plus si je t’ai dit, mais le Costa Rica, c’est unbellivescable le nombre de canadiens / québécois / caribous / j’irai chercher ton cœur si tu l’emporter ailleurs / seul sur le sable / tabernacles que tu croises ici ! Je dirai qu’ils sont plus nombreux que les locaux, c’est dingue :)

Remarque, si Air Canada propose régulièrement des promos comme celle dont j’ai bénéficié, laisse tomber, c’est l’El Dorado ici. L’équivalent de la Tunisie pour les français quoi ^^

Donc oui, encore un québécois à l’hostel – un jeune blanc-bec avec des faux airs de Scritch (ça manque pas un peu, Sauvés par le Gong, sérieux, c’était marrant ce truc… Mais je digresse – oh et là, on imagine tous Olivier balancer un « graisse » et se fendre la poire ^^), dans un bermuda trop petit et un tee-shirt trop grand. Le mec a l’air sous Lexomil et se trimballe avec sa bière et sa bouteille de rhum pas cher en alpaguant tout le monde… – sauf que celui-ci se la pète un peu…

J’étais en train de discuter pépère avec je-sais-plus-son-nom-et-promis-c’est-pas-parce-que-je-matais-ses-nibards (non, promis, la nana est juste pépère, une française expatriée en Martinique, très cool. C’est elle qui roule les joints sur place lol, avec son mec (un rasta qui a l’air d’avoir 13 ans) et entre deux bédos, on se taquine ^^) et donc, Scritch commence à nous chercher en disant que les français ne savent pas prononcer « the » correctement…

Nous, un peu saoulés (et pas saoules, hein !)(enfin pas moi lol), on esquive – le mec tient sa bière fraîche au niveau de l’entrejambe, sans se rendre compte qu’il a l’air se s’être pissé dessus depuis une heure… Qu’est ce que tu veux lui dire… #cassos

Et puis il commence à enchaîner le mec de JSPSNEPCEPPQJMSN (y’a toutes les lettres ?!!)(sérieux, faut que je me calme)(enfin, faut que je me soigne, plutôt…)(si seulement je connaissais une psychologue super douée avec les grands enfants… ^^) dans un espagnol qui aurait pu être homologué comme approximatif s’il n’était pas aussi ridicule et le mec de JSPSNEPCEPPQJMSN, tellement blasé, a eu trop la flemme d’essayer de comprendre le doss et s’est juste barré. LOL

Scritch nous regarde, perplexe et là, JSPSNEPCEPPQJMSN lui dit de faire attention parce qu’il vient d’insulter la mère de son mec etc. (En gros, Scritch a baragouiné un truc du genre « ri… di… culos » et on lui a dit que « culos » c’était le cul etc. ^^

Le mec est devenu blanc, rouge, vert et a bien cru avoir compromis la soirée.
Et donc c’est à ce moment que j’ai fait ma blague…

Et là tu te dis que la blague a intérêt à être drôle… C’est pas le cas, calme toi ^^

Donc, je lui ai dit, dans un espagnol qu’il n’a pas compris, au contraire de tout le monde : Fais attention avec l’espagnol, hein, par exemple « playito » ça veut pas dire « pequeña playa »…
T’as compris la blague ou pas ?!… Passons :)

FIN DE LA BLAGUE

Alors, petite nuit donc, rien à signaler, si ce n’est que les backpacks avec des teufeurs, c’est relou. Les mecs foutent le dawa sur place, se barrent et rentrent tous raides, à pas d’heure – en tout cas pas à la même heure lol

Donc voilà, je me suis réveillé à 4:30 avec Rachel et Zac, qui partaient très très très tôt pour l’aéroport, direction la Colombie ^^
Le temps de se dire au revoir et de se souhaiter Buena Suerte et je suis reparti (essayer de) dormir lol

Pas très concluant tout ça, je me suis donc re-réveillé 2 heures plus tard pour prendre un petit déjeuner de vainqueur (morceaux de banane noyés dans du yaourt liquide aromatisé fraise, le tout, saupoudré de biscuit au citron… Miam !)(Oué, j’essaierai de toper un cours de cuisine offert pour 2 séances de psy achetées ^^)

A 8:30 tout pile, je suis parti prendre mon bus. Bizarrement, j’étais super content de retrouver un peu d’autonomie. Mes compagnons ricains étaient super cools, hein, mais il fallait sans cesse que je traduise 2-3 trucs, que je les attendent parce qu’ils étaient un chouille chargés donc bon… Là, je me retrouve pépère, plus de compromis, je remets mon hashtag #tranquilloPépère :)

Et tu vois, la journée à vraiment été top !

Déjà, le bus s’est pointé à l’heure et nous a déposé dans le délai imparti sur Quepos ! On a presque pas pris de monde sur la route, dingue !!

Donc vers 10:30, je débarque du bus, je tope mon sac et je file droit vers un petit hostel backpackers. Le spot s’appelle le Wide Mouth Frog et franchement, c’est un dès meilleurs spots où je me suis posé au Costa Rica !

Y’a tout ce qu’il faut pour le voyageur nomade (et radin lol). Les douches et sanitaires sont top et propres, les dortoirs pareil, linge de lit lavés tous les jours ; et le must : on a une piscine !!
Franchement, on se met bien ici :)
Et alors, la surprise du chef, des prises dans les casiers !!! Pétard, ça, c’est du service 4 étoiles !!! Je n’ai vu ça qu’au Brésil et ça rend super service, parce que du coup, tu peux laisser ton phone à charger en toute tranquillité.

Le temps d’une douche, d’une couche de crème solaire et d’un changement de pompes et me voilà parti à l’aventure :)

J’ai longé la plage de Quepos – qui n’a rien d’exceptionnel, soyons clairs – et j’ai suivi la route un moment, jusqu’à trouver un sentier qui descend dans la forêt / jungle. Et là, gros délire : le sentier enchaîne sur un trek de dingue !

C’est la jungle, l’humidité est palpable, tu transpires des yeux (pour te dire). Autour de toi, les bruits s’entremêlent dans un concert hypnotique. Ça sent la weed fraîche à certains endroit et par endroit l’humidité fait remonter des odeurs musquées, c’est frais :)
Ça grésille à droite à gauche, un sifflement constant monte en intensité et s’éteint sous le craquement des feuilles que tu écrases.

Ça et là, les feuilles bougent – un lézard qui s’affole. Quelques feuillent tombent des arbres et par moment, ce sont carrément des iguanes qui, effrayés par le bruit, sautent des arbres pour s’évanouir dans la jungle :)

Tout au long du trek, des extraits du kiff à venir. On dirait Koh Lanta, tu sais, quand Denis montrent aux « aventuriers » la récompense juste avant l’épreuve #motivation
De petites ouvertures, le long de la falaise, offrent une vue superbe sur la plage en contrebas.
C’est juste magnifique. T’es au milieu de nulle part, entouré de vert et en bas, le pacifique est bleu turquoise, et l’écume des vagues tape sur les rochers et s’efface sur la plage #wahou

Mais ce n’est pas pour tout de suite, le trek continue et tu montes sévèrement – je m’aperçois qu’au Costa Rica, ça monte quand même régulièrement à 45 degrés, vaut mieux avoir de bonnes chaussures et avoir les articulations solides :) – en parlant de ça, juste pour info, je suis parti à l’arrache, avec mes basket de plage, donc pas très adaptées au terrain… M’enfin, tu me connais, j’suis un warrior ^^

Au final, 40 minutes plus tard, je débarque sur plage de dingue, pas énorme, mais très chouette. Et quasiment déserte ! Y’a juste 3 nanas qui bronzent topless (« Mais c’est le paradis ici !!! » Je t’entends d’ici petit filou…). Un brin de baignade, des tophs et je repars pour la suite du trek :)

Ah oui, pour info également, je suis parti sans eau… Oui oui, je me prends pour Bear Grills dans Man VS Wild, tu verras, à la fin du séjour, je bois mon urine ^^

Du coup voilà, moi qui pensais ne pas avoir grand chose à faire sur Quepos, j’ai été plutôt bien servi ! J’ai passé l’après-midi à chiller à l’hostel, au frais.
J’ai du prendre 2 douches aujourd’hui, lol, soit le nombre de slips que j’ai enfilé depuis le départ – oui, je passe mes journées en short de bain mec, à la Christian Clavier, tu sais, le persil qui dépasse ^^

Demain, aucune idée de ce que je vais faire, ptet descendre sur Dominical avant d’aller sur Uvita. Jvais prendre le temps de me palucher un peu aussi là. C’est les vacances hein :)

Se loger

Wide Mouth Frog Hostel
A 125m à l’est du terminal de bus, Quepos

Photos