Costa Rica – Tamarindo

Publié le

J’me souviens plus, je crois t’avoir dit que je devais partir pour Liberia hier…
Mouais, y’a eu un changement de dernière minute.

En fait, j’ai checké les hostels sur Liberia et, laisse tomber, ça passait du simple au double (au mieux) ou du simple au triple (au pire)…

Alors, on commence à bien se connaître maintenant. Tu sais que mes mots ont encore dépassés ma pensée… Mes réflexes de pince ont une facilité incroyable à ressortir ici ^^

Bref, après 2-3 clics, j’ai vu que les dortoirs étaient moins chers sur la côte. Le problème, c’est que les bus qui passent à Monteverde sont rares – et le trajet vers la côte ouest est donc assez compliqué (pour les petits budgets comme le mien)(je t’entends me traiter de radin, calme toi !!!)

Je me suis donc rencardé et j’ai vite dégotté une alternative bon marché.
L’idée c’est de prendre le premier (et seul) bus qui part de Monteverde pour La Irma (où on te dépose sur le bord de l’autoroute), de prendre un bus à la volée pour Liberia et de finir avec un Liberia – Tamarindo :)

Facile hein ?! Le seul truc, c’est que le premier bus est à 4:00 du matin.

Jsuis resté calme quand Nina m’a annoncé ça (je t’ai même pas parlé de Nina d’ailleurs… ^^), j’ai juste perfectionné mon niveau de langue des signes en mimant un « puta madre »…
Ma grossièreté a une facilité incroyable à ressortir ici lol

Donc voilà, j’allais passer une dernière nuit des plus courtes chez Nina… 😥

Alors Nina ouiiiiiii !!! Oh lala, une hallu ! En fait, la guest est gérée par deux Ninas, deux nanas…non, heu… dos niñas ?!… Bref !! Deux petites bombasses atomiques qui font les 2-8 et alors, la Nina du matin… 😍

La nana est super cool, serviable et elle sait parler aux mecs. Surtout le matin, tu sais, quand tu te lèves, dans le gaz, il fait beau dehors, t’as juste envie de rien, de chiller, #OKLM, bah Nina t’apporte juste ton café et ton petit déjeuner avec un sourire « caliente »… La paradis quoi…

(Imagine : moi, j’ai l’habitude de prendre mon café au bureau en arrivant, avec Jérémy, Julien et Philippe, c’est un autre délire, je t’assure…)

Bref, j’étais vraiment bien à Nina’s Place… ^^
Mais j’ai bien profité de ma dernière journée sur place. Parce que, le temps de définir mon trajet pour Liberia, j’ai préféré rester une nuit de plus chez Nina.

Du coup, j’avais la journée d’hier à occuper. J’ai donc décidé de partir à la recherche d’un trail à l’arrache.
Après quelques bornes, j’ai fini par trouver un sentier sympa – qui descend dans la pampa, en passant par la forêt, la jungle etc. Très cool !

J’ai fait le truc en 3 heures aller-retour, seul, sans chichis et je suis rentré miamer à la guest.
Le miam à la guest c’était en mode supérette (restos un chouille chers et pas forcément bons à Monteverde…) : une énorme part de pizza (que j’ai un peu carotté, j’avoue, le truc était mal coupé donc j’ai eu une part et demie ^^), yaourt, banane et thé glacé, le tout pour 3€ #leTop

J’ai chillé sur le balcon tout l’après-midi, bercé par le vent – je devrais dire « bousculé » parce que ça souffle sévère là-bas !

Le soir, je me faisais des noodles et j’ai rencontré des québécois dans la cuisine.
Une famille de 2 parents, 3 enfants. Très cool, on a discuté un bon moment, bonne rigolade et j’ai terminé la conversation avec un accent québécois ridicule…

Petit aparté sur un phénomène étrange qui arrive quand je suis en immersion.
En fait, on me dit souvent que j’ai pas d’accent français quand je parle une autre langue. Je crois qu’inconsciemment, mon gêne de caméléon prend le dessus et que je finis par « imiter » mon interlocuteur.

Quand je suis au Japon, ma voix change carrément, elle devient plus grave etc.

Le pire, c’est que ça arrive sans que je contrôle le truc. Donc voilà, quand on discutait avec Alain, j’avais l’impression d’imiter Laurent Gerra imitant Céline Dion (et Couillu le caribou), mais bourré…

J’espère juste qu’ils l’ont pas mal pris…
(oué parce que j’avais aussi ma fausse moustache de Marcel Béliveau et ma perruque d’Anthony Kavanagh ^^)

Enfin voilà, très bon moment à refaire le monde avec des gens sympas et ouverts d’esprit, juste avant d’aller me coucher.

Le moment sympa s’arrête là !
La nuit, qui s’annonçait déjà courte, à été… Légèrement perturbée par Carlos !

Mais je ne t’ai pas parlé de Carlos, c’est vrai…

Carlos, c’est le chat de Nina. Le doss est mignon câlin, discret… mais le truc pue ! Mais pue, une infection. Je pense que le chat est propre, mais qu’il souffre d’aérophagie… Le Glaude réincarné quoi. Et je sais pas ce que Nina lui file à becter, mais l’animal pue le choux bouilli dans le vinaigre… Beurk !

La chanson de Phoebe ? True Story !

Donc voilà, dans la nuit, Carlos à trouvé le moyen de rentrer dans la piaule et a commencé à miauler.
Moi qui somnolais (il était 00:50), j’ai tout de suite « senti » sa présence – la nausée est montée aussi vite que les larmes lol

Donc cette saloperie se pointe sur mon lit et commence à gratter… Side kick dans le museau, bim, il a finit à l’autre côté de la piaule – n’appelle pas la SPA !

Il a donc commencé à gratter la couette du pieu d’à côté…
Et d’un coup, une odeur mec… Mais infâme, un truc dégueulasse qui flotte dans l’air. Le genre de truc qui ferait diversion pendant une gastro carabinée…

Et là, en un dixième de seconde, tu t’aperçois d’une chose. Ça fait 3 jours que t’es là et t’as pas vu l’ombre d’une litière dans le spot…

(Oué, il m’arrive de faire du cat-sitting pour Thomas, j’ai 2-3 notions ^^)

Putain, ce maldito de gato de puta madre s’est soulagé sur le pieu d’à côté !!!!

Je me lève, j’allume le phone et je tombe sur une flaque, mais teufa, un doss affreux… Apparemment, Carlos n’a pas bouffé que des croquettes, l’omelette sur le lit, c’est du Bledichef choux – pruneaux périmé. La compote à été réchauffée, congelée, lyophilisée et réhydratée… Bref, un truc sale !!!

Et là, tu regrettes de ne pas avoir emporté ta poire à lavement de voyage avec toi (quoi, t’as pas de poire à lavement toi ?) histoire de proposer un petit décrassage, à base de Destop et de tabasco, à ce bon vieux Carlos – par voie anale le décrassage, of course :)

Enfin voilà, le temps de mettre la couette dehors et de virer Carlos, mes heures de sommeil diminuaient à vue d’oeil…

C’est donc la tête dans les fesses que je me suis levé, à 3:45, un coup de flotte sur la tronche et hop, direction l’arrêt de bus – un peu chaud à trouver… pour info, c’est devant l’Herpetarium ;)

Les trajets se sont bien passés. J’ai fait 4:20 Monteverde – 6:00 la Irma – 8:11 Liberia, là j’ai loupé le bus de 8:10 d’une minute… Et donc je suis parti à 10:10 pour arriver sur Tamarindo à 12:30. Ouf !

J’ai eu vite fait de trouver ma guest – très cool accueil d’ailleurs :) – et, le temps de me poser, jsuis parti prendre quelques tophs.

La plage de Tamarindo n’est pas clean clean, mais c’est la plage, ça fait toujours du bien !
Ça sent un peu trop le springbreak à mon goût, des surfeurs partout, je ne m’éterniserai pas.

Juste un bon délire, j’ai croisé un homme de quoi, 60 piges, prendre son cours de surf :)
Je trouve ça bien de garder la super pêche à cet âge, j’espère bien finir comme ça !

Bon, j’suis sur la terrasse de la guest là, ça chille sur hamacs ou canapés à cette heure. C’est calme, le vent, les vagues, les oiseaux. Je vais juste aller voir le coucher de soleil et aller toper de quoi dîner pépère.

Se loger

Tamarindo Hostel Resort
Dans le centre de Tamarindo, Plaza Conchal N°2, à coté du Bac San Jose,  Tamarindo, 50309, Costa Rica

Photos