Brésil – Rio de Janeiro, favelas

Publié le

Bon, il vient de m’arriver un truc de dingue, de folie, un souvenir impérissable, le genre de truc qui va marquer ce tour du monde – que dis-je, ma vie ! – à jamais…

Ce matin, après avoir pris ma douche, mon petit (enfin petit, laisse tomber, je me suis servi comme un porc, le crève-la-dalle de base ^^) déjeuner et checker Pierre à son réveil, j’ai décidé de glandouiller un peu.

Le programme de base était de partir dans la matinée, de montée voir le Christ Rédempteur au Morro Corcovado et de passer l’après-midi à trekker au Pain de sucre.
La flemme totale et un loooooong post à t’écrire, m’ont fait renoncer.

Du coup, vers midi, je me suis juste motivépour grimper le Morro Babilonia, en face du PdS (tu suis toujours, où il faut que je précise qu’il s’agit du Pain de sucre ?!). J’avais vu des tophs sur un blog de la vue, depuis le sommet du Morro et j’étais grave uppé.

Alors l’entrée du trail se trouve, comme pour celui d’hier, au sommet d’une favéla.
Tu sors de Copacabana et à l’entrée de Leme, tu montes vers les habitations.

Au départ, tu ne croises que des hôtels de grand standing avec portails et systèmes de sécurité bien apparent. En partant pour ce trail, je ne savais pas qu’il partait encore d’une favéla.

Bon, bah comme hier, j’ai tracé, en me disant que je tomberai bien sur un van pour traverser le spot. Mais non, pas de van. Rien. J’ai juste grimpé les rues étroites du spot comme si de rien n’était.
Bon, j’étais pas avec Pierre cette fois, je devais me fondre plus facilement dans le décor ^^

Alors par contre, cette favéla est juste plus ghetto que Vidigal. Pour te dire, tu croises d flics partout. PARTOUT ! Du coup, je me suis dit qu’hier, c’était calme et y’avait pas de flics ; peut être qu’ici, c’est moins calme… ^^

Bon, j’ai grimpé jusqu’en haut en toute tranquillité. Arrivé au top, par contre, tu changes d’ambiance. Les baraques ne sont plus colorées, ni même terminées et c’est vraiment glauque. Les dernières « habitations » que tu aperçois sont juste faites de planches de bois, de Pierre et d’une sorte de boue ocre. C’est un peu l’Afrique, quoi…

Je pensais avoir trouvé le départ du trail quand j’ai croisé 2 nanas qui tchatchaient devant leur baraque. L’une d’entre elles s’arrête de causer en me voyant et m’alpague très gentiment. J’ai pas tout compris (t’es surpris ? ^^) mais en gros, je me trompais de chemin. En continuant sur ma lancée, la nana me disait que je pourrai me perdre et me faire voler… ‪#‎ambianceScandale‬

Bon, elle m’indique la bonne direction, mais comme elle voit que je ne comprend pas tout, elle m’accompagne ! Sérieux, la nana : une perle ! Super sympa, prévenante et quand je te dis qu’elle m’accompagne, c’est pas juste jusqu’au coin de la rue, mais elle m’a emmené au départ du trail, sur une bonne dizaine de minute. J’ai essayé de la remercier du mieux que mon vocabulaire me le permet et j’ai tracé.

Le trail est très bien indiqué. Impossible de se perdre et pour le coup, c’était moins hard qu’hier. Plus plat, moins d’obstacles et moins long. Mais pas moins beau pour autant.

Pétard, laisse tomber, tu longes le Morro sur le flanc sud et tu as donc une vue de malade sur la côte est, le PdS, la plage Vermelha, le Corcovado, la totale.
T’es à 360 degrés, mais sur plusieurs spots donc, quand tu es amateur de trail, tu kiffes de ouf !

Alors j’ai bien chillé, j’ai pris des tophs de malade (en SD, la ferme !) et j’ai continué à tracer. Le trail fait une boucle. Tu reviens donc au point de départ sur la fin, mais la dernière vue est sur la plage Vermelha. J’ai suivi le dernier panneau mais j’ai pas vu la vue (oulah…). J’ai fait demi-tour, il m’avait semblé voir un chemin alternatif qui descendait, quelques mètres plus tôt.

Et là, sur quoi je tombe : un faucon blanc. Trop beau ! J’avais jamais vu un truc pareil – pourtant, des faucons, j’en ai vu des tas sur Pucón (Chili). Et comme je dois sortir tout un matos pour allumer mon iPod, l’oiseau m’a entendu et je l’ai effrayé…

Pour info, mon iPod est quasi-mort, plus de boutons d’allumage actifs, il me faut une powerbank pour l’allumer. Ma powerbank, achetée en Australie, est toute petite et jaune pétant.

Bon, du coup, j’avais vraiment envie de prendre le faucon en photo, je l’ai donc suivi sur le chemin alternatif du trail. Le sentier est plus étroit, tu rentres dans une jungle plus opaque. Et puis d’un coup, tu sors et tu as vue sur la plage en contrebas.

A quelques pas, j’aperçois des mecs couchés dans l’herbe, qui ont l’air de chiller devant la vue. Je fais pas trop gaffe, j’ai le matos en main de toute façon, j’enchaîne. Je prends 2-3 tophs et je prends une minute pour méditer devant ce magnifique spectacle made in Brasil. Et puis je trace, normal…

… Et je m’arrête aussitôt. Les mecs sont toujours couchés devant moi sauf que j’avais pas vu qu’ils avaient des guns pointés sur moi…!!! Des guns… DES GUNS !!! Des armes à feu quoi, enfin, je sais pas quoi te dire. J’ai à peine buggué, j’ai juste balancé un « Oh… » de circonstance et levé légèrement les bras…

Là, un des mecs me lance un truc en portugais, auquel je réponds « Náo falo portuguese, desculpe… ». Et là, les 2 mecs me disent tous les 2 « Tranquilo… Amigo ».
Bon bah là, à part dire OK et approcher, je ne voyais pas d’autre solution ^^

Du coup les mecs me parlent, mais je ne pige rien, j’essaie de leur faire comprendre que je cherche la sortie (lol) et l’un des mecs scotche sur mon matos. Il me montre mon iPod et me pose une question. Je m’excuse, ne comprenant rien et il finit par appeler un troisième type, planqué derrière.

Le mec qui sort des buissons a juste un gun dans une main, un chargeur dans l’autre et une Kalashnikov autour du cou… ‪#‎WTF‬ ‪#‎jeSuisMort‬
Les 2 mecs s’approchent de moi – là, ce qui me vient à l’esprit, c’est bye bye mon iPod – et le premier type lui montre mon matos du doigt. Kalash approche et regarde ce que j’ai dans les mains. Il me dit un truc, toujours en portugais et machinalement, je lui tend mon iPod (oui, hein, on va pas mourrir pour un iPod…).

Et là, re#WTF, le mec se fout de mon iPod et veut juste ma powerbank.
OK, c’est pas pour les 20€ que ça m’a coûté que je vais chialer ; donc je lui file, osef la powerbank, fini les photos pour la journée, pas grave.
Et pour le coup, hein, le mec a un gun, il a rien à me demander, je lui file tout ^^

Alors je suis prêt à repartir, le sac moins lourd mais les mecs me disent « Attends, attends ! » Et Kalash m’invite à le suivre plus loin… Bon, ça sent un peu le plan foireux tout ça, mais bon, au cas où tu n’aurais pas bien pigé le topo, le mec a un gun, un chargeur plein et une Kalashnikov autour du coup !!! J’ai pas vraiment d’autre choix que de le suivre, même si jusque là, je le répète PERSONNE ne me menace le moins du monde.

Trois minutes de jungle plus tard, on croise un gamin armé qui semble faire le guet et on déboule sur ce qui ressemble à un terrain de foot improvisé où attendent une dizaine de mecs armés jusqu’aux dents ! L’hallu est totale, j’ai les testicouilles qui font wawa et je dois avoir la tête de François Pignon, tu sais, les mecs me regardent comme si j’étais rentré dans une librairie pour demander du jambon…

Mais là encore, les mecs discutent entre eux, Kalash leur montre mon (ex-)powerbank et les mecs m’observent. Chacun de ces mecs à 2 guns à la ceinture, un flingue à la main et la plupart ont des Kalashnikov autour du cou (je vais galérer à tous leur trouver un surnom… ^^). Enfin bref, après 30 secondes, tout le monde s’approche et me dit « Tranquilo, tudo bem », moi, comme un con, je réponds juste « OK » ^^

Et là encore, je précise, je ne me sens pas menacé. La situation est bizarre, j’ai pas envie de faire le malin – de toute façon, mon vocabulaire limité ne me le permet pas… ^^ – mais je n’ai pas vraiment peur.

C’est louche d’ailleurs, moi, j’ai peur de choses à la con. J’ai peur de me faire taper ma caution quand je rends un appart, j’ai peur du noir, toujours, j’ai peur de plus avoir de thunes, j’ai peur de me faire braquer quand je traine tard le soir (en France, lol, jamais à l’étranger ^^) ; mais aujourd’hui, devant une dizaine de mecs armés, seul, au milieu de la jungle, au-dessus d’une favéla, je suis plutôt zen… Me demandes pas pourquoi, je sais pas…

Enfin voilà, les mecs sont très cools avec moi, ils insistent vraiment sur le fait qu’il n’y a rien à craindre et que je suis « tranquilo ». Le chef de la bande – j’ai présumé que c’était lui, c’était le seul torse poil, avec la quincaillerie de Mister-T autour du cou.

Sur la fin, j’ai compris toute l’affaire – toutes ces heures passées à regarder Arabesque finissent par payer !
En fait, Kalash avait juste besoin de batterie. La powerbank de son pote, la même que la mienne, était vide. Du coup, ce qu’ils voulaient c’était juste qu’on échange nos powerbank.

Sérieux ?!!! Roule mon pote, tu me laisses mon iPod, mon sac, mes 120 reals (c’est que dalle hein ^^) et TU ME LAISSES EN VIE ??!!! Sûr qu’on échange ! Aucun problème mec ! Je te fais un paquet cadeau ? ^^

Non, c’est ouf, c’est Kalash qui m’a remercier et tous ses potes avec !!!
Les mecs m’ont même indiqués le chemin pour descendre (aller vers la plage, hein, pas tuer un mec !) et m’ont serrés la main. Je crois que je les ai juste bien fait marrer et c’est tout. Ils m’ont juste demandé de ne dire à personne que je les avais vu etc. Réponse à laquelle j’ai répondu « É imposible, náo falo portuguese », ce qui les a bien fait marrer.

Je suis parti avec la banane, mais de ouf. Je sais pas, la joie d’être encore en vie ou juste encore ébahi par le caractère #WTF du moment. C’était juste une des aventures les plus barges de ma vie. Sérieux, j’en reviens toujours pas…

Une partie de moi souhaitait que ça arrive. Je ne sais pas comment expliquer ça mais, quand j’ai décidé de caler le Brésil dans le tour du monde, je me suis dit que ce serait fun de tomber sur des mecs comme ça, en pleine favéla et d’être à la cool avec eux.
Mais de là à imaginer que ça puisse arriver en vrai…

Enfin voilà, journée de ouf !
J’ai pas pu continuer mon programme vers le PdS, vu que ma nouvelle powerbank était vide – et que donc je ne pouvais plus allumer mon iPod – mais osef le programme « touristique ». Je voulais me ramener un souvenir du Brésil qui soit authentique. Et bah, sincèrement, je crois que la powerbank de Kalash est juste mon plus beau souvenir de voyage !

Bon, demain, je décolle pour les plages d’Ilha Grande.
Ambiance plus zen, fini les favélas et la ville. Je vais chiller pendant 3-4 jours avant de descendre sur Parati.
Je vais tâcher de rester en vie d’ici à mon retour, quitte à me dorer la rondelle pendant 10 jours ^^