Colombie – Cartagena

Publié le

Premier coucher de soleil sur Cartagena…

Personne sur ce bout de plage, on est que 4 à apprécier le spectacle.
La mer est déchaînée, les vagues immenses s’écrasent à quelques centimètres de nos pieds, l’écume n’a pas le temps de se former, balayée en moins de 2 par une autre vague.

Rien de tel pour effacer de ta mémoires ces dernières heures…
Quelle journée de merde, quand j’y pense.

Hier, je suis parti tôt pour une journée dans les îles de l’archipel San Bernardino, au large de Tolù. Bon, le programme consistait en la visite de 2 îles, une heure sur une, 3 heures pour l’autre. Sur le papier, c’est cool, 3 heures, c’est impec’ pour aller se balader, chiller etc.

On se barre vers 8:45, le bateau fuse un truc de ouf, le long de la baie.
A cette heure, la mer est calme, une vraie patinoire, le bateau glissé à une vitesse hallucinante, on en prend plein la tronche, mon afro mouillée passe au sèche-cheveux force 15, j’ai plis l’air de Bejito que d’un frère Jackson ^^

C’est un de mes gros kiffs, le bateau. Pour te dire, je paie les 3/4 des tours juste pour le voyage lol. Cette sensation de malade que tu as, quand tu t’écrases sur les vagues, le vent dans la trombine et pas un bruit autour de toi (tout le monde la boucle, c’est le paradis). Et puis la vue… Sur rien ! C’est juste toi et l’horizon… ‪#‎DuBonheur‬

La foire commence dès au premier arrêt.
En fait, l’île n’est pas vraiment une île, c’est un parc naturel, aquarium, flex etc.
Alors tu as le choix : payer (cher) pour l’aquarium ou attendre 1h que le tour se termine. Et pas moyen de bouger, pas de plage, pas un sentier, rien. C’est juste un ponton, le bar du ponton et l’aquarium…

Alors tu le sens bien le piège à touristes. Y’a rien d’autre, du coup bah beaucoup casquent.
Moi, c’est mort ! Déjà parce que je suis une pince, lol, mais surtout parce que ça me laisse une heure à écouter du son pépère, à l’ombre sur la terrasse du bar, à mater l’horizon.

Et puis, du coup, j’ai eu le temps de bien discuter avec Sandra, une mère de famille en vacances avec son mari et sa fille. Elle m’a accosté genre « Oh, tu fais pitié tout seul, chico » MDR !! Alors on est resté à tchatché pépère.

Une heure après, le groupe est au complet, on se barre direction l’autre île. Les choses sérieuses peuvent commencer… ou pas…

En fait, il ne s’agit pas d’une île, mais d’une plage. Tu ne peux accéder qu’à la jolie plage à touristes, blindée de restos, de bars et de touristes !! Alors ça crie, ça picole, ça bouffe et ça se baigne, le tout sur un tempo local bien pourri et à fond… Le Club Me(r)d(e) !
L’ascenseur émotionnel, je te jure, tu passes de ce que tu aimes à ce que tu détestes en une fraction de secondes…

Donc bah… tu t’occupes, tu cherches un petit bout de plage pas trop bondé pour te poser, faire trempette et te mettre bien… ‪#‎missionImpossible‬
Attention, hein, tu aimeras sûrement le côté plage de ce tour. Je sais que beaucoup aiment se dorer la pilule (en fait, la pilule, ça veut dire le fion, on est d’accord ?! ^^) au soleil, perso, je suis un Mugiwara moi, je préfère explorer les îles en mode Indiana Jones, trekker un peu et souffler 3 minutes à l’ombre d’un palmier. Les goûts et les couleurs…

Quel plaisir de rentrer, un truc de ouf ! Le retour en bateau était cool, heureusement. La mer se déchaîne vers 16h, du coup c’est Space Mountain à bord ^^

De retour à l’hôtel, c’est la panne de courant. Pas de ventilo, laisse tomber je sue à gros gouttes, c’est l’hallu ! Matou dit que je suis un chameau, avec mes réserves de flotte, mais là, je suis à sec ^^

Heureusement, une heure après, le courant est revenu, je m’imaginais pas passer la nuit en mode canicule.
Déjà que bon, même avec le ventilo, je dors super mal depuis 2 jours, impossible de fermer l’œil plus d’une demi-heure. Fait trop chaud et le ventilo fait trop de bruit… Mon dortoir à Bangkok me manque… ^^

Bon, du coup, ce matin, c’est encore avec la tête dans le fion que j’ai pris un bus pour Cartagena – pétard, dans le nord les tarifs explosent ! Pour 3 heures de bus, je paies 10000 pesos de plus que dans le sud, on va où là, les mecs ??!!!

Arrivé à Cartagena, j’ai fait comme d’hab, j’ai tracé vers le centre pour toper un hôtel, un resto et un point infos. Le truc c’est que le centre est tarpé loin (comme dirait mon pote Cam) !
Et il fait genre 60 degrés à l’ombre (à 11h du mat, sérieux, tu dégoulines de ouf, il fait déjà 35 degrés et sous ma toutouffe la chaleur ressentie est plus grande), c’est juste insoutenable.
Il fait une chaleur, mon pote, c’est caniculaire. En un mot : c’est l’enfer !

Et alors, avec mon sac devant et mon gros sac derrière, j’en chie. Y’a 2 heures pour arriver au centre, je suis obligé de faire une pause jus de fruit pour m’hydrater. La nana n’a pas de jus de tomate de arbol, je suis à 2 doigts de la gifler – je me demande si je l’ai pas insulter au passage d’ailleurs… – (oué, quand j’ai mal dormi, qu’il fait chaud, que j’ai soif et que t’as pas ce que je veux, je suis juste un vieux connard aigri !)(précisez ça aux nanas que vous voulez me présenter ^^)

Bon, au final, j’arrive dans le centre, je tope un hôtel et je m’affale dans le canapé pendant genre 3 heures, à facebooker, à surfer, en sifflant mon litre d’eau en 3 minutes…

Enfin, j’ai quand même bougé mes fesses pour aller dîner et profiter du coucher de soleil.
Le centre historique de Cartagena envoie du lourd. Architecture de type espagnol, c’est beau, raffiné, coloré. Et alors, devant le parque Centenario, y’a un port dans lequel sont amarrés quelques galions, c’est chouette !

Et ce coucher de soleil, pfiou, ça rappelle un peu Adélaïde. Y’a pas un nuage, juste le soleil et la mer. Très beau. Seul bémol, brume ou pollution (aucune idée) à l’horizon, tu ne vois donc pas le soleil se cacher derrière les Caraïbes…
M’enfin, c’est toujours chouette à voir.

Allez, sur ce, je vais aller me pieuter, je suis dead !

Photos