Pérou – Mancora

Publié le

Putain ce qu’il fait chaud…

Il est a peine 8h du mat ici, à Mancora et on a déjà passé la barre des 30 degrés…

Déjà hier, laisse tomber, j’ai passé la journée en slip et j’ai dormi à poil… ‪#‎canicule‬
Il faisait tellement chaud que je me suis autorisé une petite bière bien fraîche (sa mère !) pour l’apéro.

Tu sais, la petite bière qui te fait oublier ta journée de merde… commencée à 5h du mat.
Arrivé au terminal de Mancora, on est juste censé déposer des gens et repartir pour Tumbes – petite ville à 30 minutes de la frontière avec l’Equateur.

Et puis se pointe le mec de l’agence, qui t’annonce qu’on doit s’arrêter là parce qu’il y a un barrage humain dans un bled, sur la route de Tumbes…
Putain, c’est toujours la merde !! C’est tout ce que tu trouves à dire.

Faut dire que dans ce (foutu – restons poli, je sais qu’il y a des amoureux du Pérou dans ma liste d’amis…) pays, c’est toujours la même histoire : il y a toujours une merde et c’est jamais la faute de personne. Alors je dis pas que l’agence est responsable et qu’on est en droit de passer nos nerfs sur leur représentante – qui, soit dit en passant, n’a pas l’air très concernée par notre situation… ‪#‎connasse‬ – mais sérieux, un petit « désolé » n’est quand même pas du luxe dans ces cas-là !

Bref, si j’arrive à digérer le fait qu’on soit bloqués sur place – parce qu’apparemment essayer de traverser le barrage est juste suicidaire… – j’ai beaucoup plus de mal à encaisser les réponses à ma simple question : quand pourra-t-on repartir ?
« No se », « tienes que espere »… Non mais sérieux, c’est quand même pas compliqué de trancher sur la question, si ?! Tu ne prends pas de risque et annonces qu’on repart demain et tu laisses les gens se trouver une piaule pour la nuit ou autre.

Bah non, ici, on te conseille d’attendre… et puis quand tu as bien attendu 10 heures (t’as eu le temps de petit déjeuner et de déjeuner…) on t’annonce qu’on ne repartira pas aujourd’hui – tiens donc !! – et que c’est mieux que tu te repointes le lendemain dans la matinée…
Tu le sens arriver le hashtag ?!!!… #CONNASSE !!!

M’enfin, hein, j’aurai du m’en tenir à ma devise « don’t worry about a thing, ’cause nothing’s gonna do be alright »… Mais, pour le coup, les galères peuvent arriver et, si au Chili ou en Bolivie, ça pouvait aller niveau communication / information, au Pérou c’est toujours « compliqué »… Alors tu essaies de relativiser…

(Je te dis pas qu’il y a pas un « pays de merde » qui t’échappe à l’occasion… ^^)

Enfin voilà, cette petite bière, hier soir, à donc presque réussi à me faire oublier cette journée de merde.

Après une nuit moyenne – chaleur de ouf et surtout un gosse hyperactif qui hurlait pour un oui pour un non (je vais être à court de hashtag…) – je me suis levé tôt pour aller m’enquérir de la situation au terminal de bus.

Apparemment, le barrage est levé – touchons quand même du bois, croisons les doigts, serrons les fesses – et on va pouvoir partir sur Tumbes pour la mi-journée.

Espérons que tout aille bien…