Pérou – En route pour le Machu Picchu

Publié le

De retour du Machu Picchu.

Bon, je suis parti 3 jours au final et histoire de ne rien omettre je vais partir du plan prévu avant de partir de Cusco. Rappelle-toi, ça donnait ça :

Cusco – Santa Maria

Je suis donc parti tôt vendredi – enfin 7h du mat, on a vu pire ^^ – pour rejoindre le terminal de bus. 7 soles en taxi, ça passe, mais le taxi fait un léger détour, tu sais, pour te déposer devant le van d’un de ses potes qui part, une fois que son van est plein, vers Santa Maria… A peine le temps de comprendre le traquenard qu’on t’ouvre la portière, on sort ton sac du coffre etc.

Oh oh, tranquilo hijo de p… heu… amigo !!! Question rhétorique en vost « no es el terminal ?! » Et là, ça enchaine genre on t’emmène à SM pour 30 soles… ‪#‎etPuisQuoiEncore‬ ‪#‎arnaque‬
Du coup, pas tombé de la dernière pluie, tu récites ta leçon, poliment : « mais le bus n’est qu’à 15 soles, merci de m’emmener au terminal » et tu remontes en voiture, devant le chauffeur médusé ^^

2 coins de rues plus tard (soit 3 minutes) on arrive au terminal. Achat de billet et attente de 15 minutes.
Devant le bus, nous ne sommes que 7 touristes. Je fais connaissance avec 2 jeunes voyageurs belges, Gaelle et Gabriel, qui vont également sur Aguas Calientes par le même chemin.
On termine la discussion en montant dans le bus, discussion à propos de l’échange de dollars en Argentine et, en me rendant à ma place, je passe devant 2 françaises qui ont entendus notre discussion et qui échangent sur le sujet.

Du coup, légèrement concerné, j’intègre la discussion en m’asseyant.
Elodie et Virginie sont 2 normandes très sympas qui voyagent ensemble depuis quelques jours.
Virginie a rejoint Elodie, qui voyage au Pérou (et en Bolivie) depuis 3 mois, sur Cusco.
On a discuté près d’une heure – coïncidence, c’est aussi le retard que le bus a pris au départ… – de voyage etc. le temps d’en apprendre un peu plus sur chacun.

Elodie est pompier et a pris une dispo, comme moi, pour voyager. Virginie, quant à elle, est une ancienne esthéticienne reconvertie en assistante sociale. Elodie est, de part son métier (et son état d’esprit) est sportive, pleine d’énergie et plutôt habituée aux (difficiles) conditions de voyage. Virginie, c’est autre chose, lol. De ce que j’ai pu comprendre, elle est plutôt habituée à son petit confort, pas vraiment aux voyages un peu extrêmes et sportifs.
Et leur différence de caractère donne à leur duo une complémentarité singulière et c’est vraiment très sympa de les écouter parler toutes les 2.

Quand le bus démarre, un autre français débarque, à la dernière minute et se pose à côté de moi. Je dis à côté de moi, mais ça ne veut pas dire « à sa place ». Sa place, c’est moi qui l’occupe. Pensant qu’il n’y avait personne, je me suis décalé à la fenêtre et au final, on a voyagé sans s’en préoccuper ^^
On a scotché tous les 2 pendant une bonne partie du trajet, à écouter notre musique ou à larver, tout simplement et puis après un arrêt changement de pneu (sérieux, c’est toujours la foire !!), on a discuté un chouille.

Guillaume est étudiant sur Grenoble (mais il vient de Biarritz) et termine son tour du monde (de 9 mois) en Amérique du Sud. Pour sa part, il fait Russie, Mongolie, Chine, Népal, Myanmar, Thaïlande, Laos, Australie, Chili, Pérou et termine en Equateur (si j’en ai oublié, Gui, dis-moi, j’éditerai ^^). Avec notre projet commun et nos itinéraires différents, on avait pas mal de choses à partager, c’était cool. Et la fin du trajet est passée à une vitesse.

Note quand même que ça serpente pas mal, de Cusco à SM.
Le bus roule quand même très (trop ?)(TROP !) près du ravin, sérieux, tu fais pas le malin en regardant par la fenêtre… D’autant qu’à un moment on a du rentrer dans une sorte de nuage, on y voyait pas à 5 mètres… M’enfin…

Santa Maria – HydroElectrica

Arrivés sur SM, on s’est tout de suite checké avec les filles, les belges et Guillaume, pour toper un minivan ensemble – il y avait un autre couple de « francophones » dans le bus, mais ils ont juste disparus lol ‪#‎OSEF‬
Tentative de négociation vaine, on va devoir payer 15 soles chacun pour avancer jusqu’à HydroElectrica – les enfoirés, ils nous tiennent par les couilles et ils serrent bien fort… Tu es une fille, tu ne comprends pas cette douleur, mais t’as mal quand même quand on t’entube, hein ?!! (Oulah, une seconde d’inattention et cette dernière phrase devenait vulgaire de ouf ^^)

Bref, on en a pour une bonne heure de minivan, le temps de faire plus connaissance avec les belges, vraiment très sympathiques et d’échanger encore sur les voyages, les pays etc.
Le temps aussi de se faire dessus, parce que la route jusqu’à HE est sinueuse à souhait, poussiéreuse et plutôt étroite. Le chauffeur, habitué, semble n’en avoir rien à foutre et freine à peine quand on croise du monde lol – comme si un coup de klaxon était suffisant…

On arrive sur HE une heure plus tard. On paie et on organise notre marche vers Aguas Calientes. Elodie et Virginie font une petite pause miam pendant qu’avec Guillaume et nos amis du plat pays on décide d’enchaîner. Rendez-vous est quand même pris avec les filles, pour 20h place principale d’AC.

HydroElectrica – Aguas Calientes

Alors, pour rejoindre AC à pieds, il faut suivre les rails de chemin de fer. C’est très simple, bien indiqué et plutôt safe – pour le coup on a croisé seulement 2 trains. Ca monte un chouille au départ et après, c’est plat. Mais alors c’est long… 2 heures de marches, c’est rien, mais sur les cailloux du chemin de fer, ça prend une autre dimension…
Et puis le soleil se couche. Et avec les montagnes, la nuit semble tomber encore plus vite !
On doit sortir les lampes pour finir la marche, parce qu’il y a 2 tunnels à traverser – quand j’y pense, si je l’avais fait tout seule, j’aurai été dans la mierda avec mon iPod à bout de souffle… ^^

En arrivant sur AC, on a une petite pensée pour Elo et Virginie qui, en partant après nous, ont forcément fait une bonne trotte dans le noir…
AC est traversée par le chemin de fer, du coup, tu arrives en plein centre direct.
On tombe sur une nana qui nous propose une chambre double pour 40 soles – apparemment, il n’y a pas moins cher ici donc, on décide de se renseigner quand même auprès d’autres hostels et au pire, on y reviendra.

Les belges, eux, poussent encore jusqu’au camping d’AC. On les quitte en se disant qu’on les croisera sûrement au Machu Picchu.
J’accompagne Guillaume au centre touristique pour qu’il achète son ticket pour le MP et on retourne ensuite au premier hôtel (les autres croisés sur la route étant plus chers).
Grosse surprise, la chambre est top : on a un grand lit 2 places et 2 lits superposés, une télé, le wifi et l’eau chaude.
Enfin l’eau chaude… L’eau bouillante ou l’eau glacée, t’as pas entre les 2 et donc, tu te bouillante avec l’eau chaude et d’un coup, plus rien. Pas de l’eau froide, hein, plus d’eau du tout… Normal…

Mais bon, on a pu prendre nos 2 douches, non sans peine lol et, après cette journée, quel bonheur !

À 20h, on a rejoint les filles que la place et on est parti manger tous les 4 dans un petit resto très sympa avec un menu à 15 soles. Bouffe pas terrible – mais j’ai vu pire donc bon, disons passable – et addition quelque peu abusée. En fait, ils se prennent 20% de « taxe de service » – on appelle pas ça un pourboire ?! – du coup on a un peu halluciné quand le serveur nous a ramené la monnaie… Je revois la tête de Virginie, lol, parce qu’on s’était arrangé avec Elo et Guillaume donc toute la monnaie était pour elle. Le mec lui rend 13 au lieu de 29.

M’enfin, après ça, on s’est dit bonne nuit et on est parti se pieuter.
A la télé, y avait Tintin (celui de Spielberg). J’étais motivé pour le mater mais, au bout de 10 minutes, laisse tomber, j’avais les yeux qui piquaient. Entre la fatigue de la journée, la marche et ce matelas et ces oreillers de folie – ah oui, Guillaume m’a laissé le grand lit ^^ – je me suis endormi comme une mierda (c’est le palabra du jour)

Bon, j’ai faim et ce post est déjà bien long donc on va faire une petite pause et je vous retrouve après.