Chili – San Pedro de Atacama

Publié le

Pfiouuu que te dire… Rien. J’ai pas de mot… Une métaphore, peut être ? Non plus…

Aujourd’hui, c’était juste dingue !

On va faire simple, pour changer – et surtout parce que je n’ai pas le temps de m’étaler, je me lève aux aurores demain.
Réveil tôt ce matin, ça caille sévère ici, malgré le soleil qui brille déjà.
Au programme de la matinée : réserver un tour pour l’après-midi (Vallée de la Lune), en réserver un pour demain, se renseigner pour l’expédition 3 jours jusqu’à Uyuni (Bolivie), retirer des thunes et acheter des cartes postales.

J’embarque une empanada (sorte de crêpe fourrée) jambon-fromage sur le retour et je me paluche un peu en attendant 15h, heure à laquelle on passe me chercher pour le tour.
Le soleil commence à taper, les températures montent et dans le ciel, pas un nuage !

Petit aparté météo : bon, tu as l’habitude de me lire et je te parle souvent de ciel sans nuage etc. (Et de slip aussi, mais ça fait longtemps… ^^)(et je suis persuadé que ça te manque lol)
Bref ! D’habitude, il y a quand même un mini nuage qui se balade, ou une traînée vaporeuse qui… traine. Mais aujourd’hui, laisse tomber, rien ! Rien de rien, nada de chez nada (note comme mon espagnol s’améliore de jour en jour, je dirai même plus, de día en día ^^).

Dans le bus, je retrouve les 2 français croisés à Calama. Je ne dirai pas que le monde est petit, parce que bon, SPA est tout petit ! J’étais d’ailleurs tombé sur eux ce matin en me rendant à l’ATM. Le temps de remplir le bus (16 personnes je crois) et nous voilà parti direction la Valle de la Luna.

En un mot : Bim ! Tu prends une de ces claques (sa mère !) !!! C’est juste galactique ici.
On se balade sur des dunes sèches, arides, tantôt rocheuses, tantôt sablonneuses. L’ensemble est un canyon, enfin, des canyons couleur chocolat (le bon Nesquick), parsemé de plaques de sel, comme le sucre-glace sur du pain d’épices Prosper – je passe en mode boulimique, cherche pas…

Sérieux, c’est chouette. On a longé la crête d’une dune (du noeud ? ^^) qui séparait le décor en 2 : d’un côté, des rochers disons sucré-salés ; de l’autre, une ouverture énorme sur le reste de la vallée, encerclée de canyons. D’un côté, la descente est traitre, rocailleuse, abrupte. De l’autre, c’est une dune de sable marron – pour y avoir regardé de plus près, c’est un mélange de sable jaune et noir – lisse et vierge, qui descend jusqu’au sentier de départ.

Au loin, tu as une vue imprenable sur les montagnes et volcans alentours. Avec ce temps, ce soleil et ce ciel bleu, pétard, c’est magnifique. Et alors pas un bruit ! Rien. A peine le vent qui siffle très légèrement à tes oreilles. Du pur Kwan ! (Si celle-là, tu l’as – Ella elle l’a, ouhou ouhouuu – tu montes d’un cran dans mon estime ;))

On a ensuite bougé près d’une ancienne mine de sel. Pour le coup, je m’en foutais. J’étais bien trop occupé à kiffer le paysage… et à ramasser des cailloux de toutes sortes à droite à gauche ^^
Ouè, je dépense tout mon argent à vous prendre des souvenirs. Du coup, pour moi, bah, c’est des cailloux et des bouts de bois… (Envoyez vos dons, chèques, liquide, boîtes de cassoulet au… ^^)

On a fait 2-3 petits arrêts encore et on s’est terminé sur la Vallée de la Mort. Fini le sel, ici, c’est rouge et marron. Le soleil se couche sur un décor de volcans à 360 degrés. Les monts se teintent de rose, de violet. Ambiance cosmique, on est sur Mars (je vous raconterai l’anecdote sur le nom de la vallée plus tard ^^).

Bref, une journée de dingue. Je ne pensais pas prendre une telle claque au Chili.
C’est je pense le meilleur truc que j’ai fait depuis mon départ ! Y’en a pour tout le monde, c’est plein de couleurs, c’est calme, inattendu, c’est… un autre monde ! Un monde dont je ne soupçonnais pas l’existence il y a encore 1 an.

C’est dingue comme le monde, ton monde, grandit à mesure que tu t’ouvres à lui. Ou c’est peut être qu’il s’ouvre à toi, à mesure que tu grandis, qui sait…

Sur ce – je ne parlerai pas de la pizza minable d’Abdala qu’on est allé se taper avec les gars, après ça (comment se faire entuber 3300 pesos)(sa race !!) – je pars demain, très tôt pour voir les geysers et le lever du soleil. Il faut donc que je pense à dormir.

Photos