Australie – Arrivée à Adelaide

Publié le

Bien arrivé en Australie !

Après quelques petits cafouillages – que j’aurai tendance à qualifier d’habituels, malheureusement… – au départ, me voilà enfin à destination : Adelaide, Australie du Sud !

Bon, mon départ s’est compliqué quand j’ai voulu m’enregistrer…
En fait, j’ai zappé de faire mon enregistrement de visa électronique pour l’Australie (en tout cas, j’avais plus le temps de le faire…) et je me disais que je ferai ma demande de visa à l’arrivée, classique. Et bah apparemment non, l’Australie ne permet pas ça.

Pire, tu ne peux pas obtenir de carte d’embarquement sans ce sésame.
Tu l’as donc un peu beaucoup profond (et pas dans les narines, si tu vois ce que je veux dire… ^^) quand tu te retrouves au guichet de JetStar pour t’enregistrer.

Bref, côté balinais, ils assurent le service moyennant 5$ de commission.
Tu n’as pas le choix, mais on te pose quand même la question… Sérieux…

Une fois le visa enregistré, on te file ta carte d’embarquement et on t’invite gentiment, avec le sourire et tout, à payer une taxe de départ pour le gouvernement indonésien – les enculés !!!
Le mec t’annonce ça avec le sourire, du coup je proteste (je suis au bout du rouleau avec toutes ces commissions à droite à gauche…)(après, on se demande pourquoi je ne tipe plus au resto etc.) et en gros, l’explication qu’il me sort c’est que les billets achetés avant février ne comportent pas cette fameuse taxe… « Espèce de gros fils de…! » Qui t’échappe en VO sans sous-titres…

Qu’on t’encule une dernière petite fois, avant de te laisser partir, j’ai envie de te dire que tu t’y attends presque, mais qu’en plus on te nargue, là, c’est pas passé, il l’a bien senti cette enfoiré – d’autant que j’ai du retirer de la thune encore une fois, juste pour ça !!! (Avec la banque qui se sert au passage, la fracture du rectum est inévitable…)

Bref, j’avais gardé de quoi prendre quelques babioles, tant pis, je suis reparti les mains vides.
Sérieux, entre le visa et les « taxes » supplémentaires, je crois que j’ai plus raqué en entrant et sortant du pays qu’en y séjournant…!

Mais la dernière petite crasse que ces enfoirés ont prévu se passe après…

Tu manges un truc avant de décoller, normal, à bord, le repas est payant (comme tout d’ailleurs lol) – tu paies une torche de ouf, genre un fried rice à 100000 et un Sprite à 45000, on rêve. La veille, en ville, j’ai eu la même pour 20000 tout comprit ! Enculés !!!

J’en profite pour prendre une bouteille d’eau, je tousse en ce moment, au cas où, si une crise me prend dans l’avion, ça pourra me calmer… Et bah non, tu ne rentres pas dans l’avion avec…
Du jamais vu !!! On te vire déjà tous les liquides avant même de passer l’immigration, normalement, après, c’est bon, ce que tu achètes à l’aéroport est clean et donc sécurisé.
Mais là, on veut t’obliger à consommer dans l’avion, donc rebelotte, tu bois direct ou tu jettes…

‪#‎ENCULÉS‬ !!!

Je déteste ces méthodes à la con. On est vraiment que des portes monnaies pour ces gens là.

M’enfin, après toutes ces péripéties et quelques 6 heures de vol, j’arrive pas très frais sur Adelaide.
L’atterrissage, dur dur, j’ai l’impression que mes tympans vont exploser. C’est la première fois que ça me le fait, c’est louche. Peut être le changement d’hémisphère ^^

L’accueil, à l’immigration, est relativement chaleureux, lol. Beaucoup de question vu la tronche de mon passeport (et sûrement avec ma jacks de dealer de poudre), mais très courtois et au final, mes aventures autour du monde passionnent les deux nanas qui s’occupent de moi.

J’ai glandé toute la journée, près de la plage, en ville etc. Ma guest (merci AirBNB) est sur Largs Bay, laisse tombé le spot, je suis à 500m de la plage. Je partage ma piaule avec un québécois super cool et on va sûrement aller se balader tous les 2 demain.

Ce soir, je me suis calé avec un Subway – pétard que les prix sont chers ici !!! Déjà, à l’aéroport, la part de cake et le Latte à 10$, laisse tomber, j’ai fini sur le cul !!! Ahlala, c’était le bon temps, en Asie, la bouffe pas chère… – sur la plage pendant le coucher de soleil.

Bon, c’est sûrement le plus beau coucher de soleil que j’ai vu de ma vie !
La plage est longue, propre et l’océan ne s’ouvre sur rien d’autre que l’horizon. Pas d’île en face, pas de forme qu’on distingue au large, rien.

La folie, c’est que le pacifique est aussi bleu que dans les rêves d’Ellis B. Redding et que le ciel est toujours bleu, même passées 19h. Le soleil, d’un jaune flamboyant se couche doucement, mais sans laisser le dégradé de couleurs habituel derrière lui – sérieux, le ciel bleu + le soleil jaune, vous vous êtes jamais demandé comment ça pouvait faire un ciel rose orangé ??!! On est d’accord que jaune et bleu ça fait vert, hein ^^

Ici le dégradé va du jaune au bleu, ni plus, ni moins. C’est pur, c’est beau, la mer ne s’assombrit pas et reste d’un bleu galaxie, qui brille et étincelle comme du papier cadeau bon marché. C’est chouette, tu ouvres grand tes yeux, tu la boucles et tu kiffes ta méga race !

J’en ai vu des couchers de soleil, des montagneux, des campagnards, des pollués, des inachevés, mais des comme celui-là, c’est la première fois.
Espérons pas la dernière…

J’espère que vous allez tous bien.
Moi, ça roule, je vais me ruiner ici, mais ça devrait aller, je vais serrer les fesses ^^