Laos – Arrivée (mouvementée) à Don Det

Publié le

#‎Scambodia‬

Ok, laisse moi te parler de la face cachée du Cambodge et du Laos…

Tout d’abord, brève rétrospective sur les 2 derniers jours a Kratie.
Petite ville très sympa posée sur les rives du Mékong. J’ai profité de cette étape pour me reposer, prendre le temps de faire un peu d’exercice et surtout MANGER ! Mais manger comme un ouf, les petits plats de la guesthouse étaient justes énormes, donc bon, je me suis fait plaisir.

Le lendemain, vendredi 13, je m’étais presque dit qu’avec toutes les galères que j’ai eu, ce jour de malchance ne pouvait pas être pire (voir peut être porte-bonheur, pour une fois).
C’était bien mal connaître le Cambodge, le Laos et surtout, c’était sous-estimer le pouvoir de la poisse…

Cette journée fut en définitive un véritable sketch, un cauchemar, la quatrième dimension…
Une pièce de théâtre qui s’est jouée en 3 actes.

ACTE 1 – Otages à Stung Treng

Ce fameux vendredi matin, nous étions 3 personnes à partir pour Don Det, les 4000 îles, juste après la frontière du Laos.
Nous avions tous acheté des tickets à la guesthouse, tickets combo bus + bateau pour 16$.

Je pourrai commencer ce post par « C’est l’histoire d’une allemande, d’un américain et d’un français qui… » Mais pour le coup, la chute fait bien trop mal au cul pour se marrer !

Bref, on était tous les trois avec Rob (Allemagne) et Sam (USA), en route pour la frontière.
Dans le bus avec nous, 2 nanas qui s’étaient embrouillées avant de partir et qui terminaient leur embrouille sur fond de guerre froide dans le bus, à côté de nous, super ambiance lol
(Genre t’en as une qui chiale, l’autre qui s’excuse puis s’isole avec son iPod, normal ^^)
On a lâché les 2 « potesses » quelques minutes avant de s’arrêter.

Sur le chemin, on fait connaissance, très cool, on se marre bien et on finit par échanger nos infos sur la frontière et les arnaques et méthodes de racket (scams) organisées sur place – le tout dénoncé dans divers guides et sur internet.

On décide de faire front, en cas de tentative d’arnaque, c’est bien, on est sur la même longueur d’onde.
Vers 11h, le bus nous lâche au milieu de nulle part, près d’un pont, avec un resto routier sur le bas côté et des transats sur la rive opposée.
Là, nous attend un mec en scooter qui nous accueille, plutôt chaleureusement, en nous disant qu’on doit changer de bus avant de prendre le bateau et donc attendre ici, le temps de manger un truc.

Ok, pas de souci, on se pose. Vers midi, un couple de français, Pauline et Paul, nous rejoint.
Eux étaient partis de Phnom Penh à 4h du mat pour arriver là et passer au Laos, barge !
On discute, en mode français / anglais pour que tout le monde se comprenne, bonne ambiance.

Quelques minutes après, notre « organisateur » nous donne des formulaires d’immigration, pour sortir du pays et entrer au Laos, jusque là, rien d’anormal. On remplit les formulaires, on colle notre photo dessus. Et puis il nous demande nos passeports pour checker un truc. Là, avec Sam on se regarde et on tique.

Du coup, on laisse le gars nous expliquer tout un tas de merde, comme quoi à la frontière, y’a pas de loi, que c’est à l’arrache, vu qu’on a pas payé un billet d’avion hyper cher, c’est normal de galérer ici et que du coup, c’est 33$ pour passer facilement avec lui et que ceux qui ont fait sans lui ont eu des soucis pour passer au Laos etc.

Après 5 minutes de monologues, j’engage les hostilités – je précise que j’ai été super soft, très courtois, genre naïf. 2-3 questions innocentes, genre « est-ce qu’on peut faire le truc nous même ? », « pourquoi 33$, c’est bizarre comme chiffre, c’est 30 normalement » et alors, en 40 secondes, le mec est parti en vrille, agressif, menaçant : « pourquoi vous posez ces questions, pourquoi vous êtes suspicieux etc. »
On lui dit de se détendre, qu’on pose juste des questions. Là, il nous répond que c’est toujours pareil avec les touristes et d’un coup, il retire nos photos des formulaires, nous les rend avec nos passeports « démerdez-vous ! »

Comme j’étais celui qui posait les questions, je m’excuse auprès des autres – pour le coup, je men foutais un peu, je voulais passer la frontière tout seul, mais ptet pas eux – mais Sam et les autres m’ont direct dit qu’il n’y avait pas de problème, que le mec s’énervait trop etc.

Après ca, le mec nous a demandé nos tickets de bus pour les échanger avec d’autres tickets pour le bateau. Encore une raison obscur, mais bon, on finit par lui filer, on a tous les mêmes tickets, au pire on s’incrustera quelque part, se disait-on.

Après toutes ces discussions, il était quoi, 13h. Le mec se barre sans même nous dire pourquoi, où il va, rien. On poirotte une heure, sous le cagnard, sans nouvelle.
Avec Paul, on décide d’aller toper un mec pour lui emprunter son phone et appeler la compagnie de bus.

Je suis au téléphone avec eux, en mode vénère et en VO sans sous-titres, lol
3 minutes après que j’ai raccroché, le mec se repointe, innocemment. Là il nous apprend que le minibus qui devait nous emmener est « cassé »… Comme c’est commode ça…

Alors oui, c’était peut être vrai, mais tout ça cumulé, c’est un peu étrange – même pour un vendredi 13 ^^

Bref, en gros, le mec nous balade 5 minutes et se re-barre.
Je rappelle la compagnie de bus. Quand je parle du minibus cassé au mec de la compagnie, il n’a pas du tout l’air au courant donc c’est quand même bien louche…

Forcément, 3 minutes après, notre « organisateur » se repointe, avec une autre excuse.
Genre en fait, il faut qu’on prenne un autre bus qui vient de Phnom Penh et un tuk tuk avant, mais que le bus ne sera là que vers 15h30. Et il se barre encore.

Blazés, on ne peut qu’attendre. Le mec repasse 2-3 fois pour nous dire que le bus aura 20 minutes, puis une heure, puis une demi-heure de retard, le sketch.
A ce moment là, on en a plus rien à foutre, le mec nous parle, on écoute plus.

Au final, à 17h, un tuk tuk minuscule se pointe. On embarque à 5 là-dedans, niveau sécurité, on est proche de la catastrophe. On roule 5 minutes et on arrive a toper un bus VIP qui va jusqu’à Don Det.

On a rien filé à cet enfoiré, on est contents, même si on est épuisés et en retard.
Après, soyons clairs, soit le mec attendait qu’on casque et à ce tarif là, il lui fallait désamorcer son pipo concernant la panne de bus, soit il y avait vraiment un souci avec le bus et on a bien fait de rien lui donner – parce qu’on aurait attendu de toute façon.

ACTE 2 – Racket organisé au départ

Dans le bus VIP, on rencontre plein de monde, de toute nationalités qui nous racontent qu’eux aussi ont échappé à une arnaque, mais dans le bus, direct. Certains ont payé genre 7$ de plus pour avoir le visa !! On partage nos expériences les uns les autres, très cool
On finit tous par en rire, tellement les cambodgiens ont des bollocks pour essayer de nous la mettre comme ça ^^

Arrivés au poste frontière, c’est reparti pour un tour !
Pour sortir du territoire, on nous demande 2$, juste pour le tampon de sortie. N’importe quoi !
Une petite ukrainienne passe en premier et manque de foutre le feu au guichet, en mode vénère lol. Sérieux, la nana a assuré, on est tous passé après sans souci et surtout sans payer.
Genre la nana a prit les mecs en photos et tout lol, c’était juste énorme !!!

Nos passeports tamponnés, on se dirige vers le Laos, à pieds, normal.
L’idée, à chaque fois, c’est de passer à pieds et de reprendre le bus juste après, nos visas en poche.

Mais à quelques mètres à peine du poste cambodgien, on s’aperçoit qu’il nous manque un tampon avec la date de départ du pays – ils te mettent 2 tampons, un sur le visa pour dire qu’il n’est plus valable et un pour préciser la date à laquelle tu es parti du pays.

Du coup, demi-tour, on incendie les mecs qui se dépêchent de nous rectifier ça.
Sérieux, les mecs, de vrais connards. Soit incompétents complets, soit de parfaits enfoirés qui te font perdre ton temps pour 2$…

Les passeports en règle, on peut avancer. La nuit tombe, on en peut plus, il faut que ça s’arrête. C’était sans compter sur le zèle des laotiens…

ACTE 3 – Séance de proctologie collective à l’arrivée

Au poste frontière du Laos, c’est le même bordel.
Comme on arrive après 16h, on doit de base payer 1$, super, genre c’est du travail de nuit… CONNARDS !!!

Et alors ensuite, c’est juste dingue. Le mec nous demande 2$ pour le tampon d’entrée.
Là, on commence tous à s’échauffer. Certains vraiment vénère, moi, je continue à faire des blagues – j’arrive à faire marrer en anglais, cool ^^

L’ukrainienne prend ses photos, toujours et là, le mec lui claque les fenêtres du guichet au bec, genre je ferme. On scotche tous là dessus !
La violence du mec, genre, j’en ai rien à foutre, vous pouvez rester crever là, je m’en tape. On rêve sérieux !!!

On est resté une bonne heure à essayer de négocier un passage sans payer, le mec ne voulait rien savoir. Clarke, un anglais assez costaud commençait à vraiment s’énerver, c’était lol, il faisait peur aux mecs planqués derrière leurs guichets (CONNARDS !!!)

Au final, on s’est tous démerdés, se prêtant 1$ par-ci par-là (parce que c’était pas juste qu’on voulait pas payer, c’était qu’on pouvait pas ! Moi, je n’avais qu’un dollar, Sam a du m’avancer ^^). On a finit par passer cette putain de frontière à 19h, nos visas en poche et en règle, mais surtout avec une haine incroyable envers le Cambodge et le Laos.

Attention, on ne met pas tout le monde dans le même sac, mais de manière générale, on a tous senti le Cambodge à l’affût de la moindre arnaque ou embrouille.
Je m’attendais à me faire arnaquer un max en Thaïlande ou en Inde, mais au final, c’est ce petit pays qui me l’a mis le plus profond… Scandaleux !

Et ce n’est pas fini.
Arrivés à l’embarcadère, nos tickets (ceux que cet enfoiré d’organisateur nous avait filé) ne sont pas valables. On doit donc en racheter, nos plaintes et explications n’ayant eu qu’un faible écho auprès de cette salope de guichetière – pardon pour la vulgarité – qui nous a quand même sorti un « allez utiliser ça au Cambodge ! » Super accueil…

Sérieux, tous ces gens, autour de la frontière, savent que tu te fais entuber. Ils savent que tu as payé, parfois très cher (notamment Paul et Pauline, sérieux, c’est abusé) et ils s’en foutent.
Aucune compassion, rien.

T’es un touriste. Au mieux, pour eux, t’es un porte-monnaie ambulant. Au pire, un emmerdeur. Mais dans tous les cas, t’es qu’une merde.

On verra ce que nous réservent ces 2 semaines au Laos, mais pour le coup, je ne te recommande pas du tout le Cambodge, beaucoup trop cher pour ce que c’est, au-delà même des arnaques et des surchargés que tu peux payer à droite à gauche.

La Thaïlande restera je pense un très bon compromis pour les temple, les plages, la cultures et les petits prix.
Je n’ai rien acheter au Cambodge, déjà parce que la plupart des trucs cool étaient estampillés Thaïlande et puis j’en pouvais plus de négocier pour peanuts.

Pour te dire, a Phnom Penh, j’étais parti pour acheter des souvenirs, mais seulement si on me foutait la paix, rien à foutre des prix abusifs, je m’étais promis d’acheter si on me laissait juste 2 minutes regarder les trucs sans venir m’emmerder… Impossible ! Donc pas de souvenirs et j’ai presqu’envie de te dire que ce n’est pas grave si j’oublie le Cambodge donc bon… ^^

Ca change de mes cartes postales en mode « touriste » : coucou ça va, il fait beau etc.
On va dire que j’avais besoin de me défouler là…

Photos